Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

La Russie et la Chine inquiètes de la « menace stratégique globale »

La rédaction
visites
828

Si les médias internationaux ont largement commenté les déclarations peu diplomatiques de Boris Eltsine à Pékin, ils se sont, en revanche, peu intéressés à la déclaration conjointe signée le 10 décembre à l’issue du sommet russo-chinois, qui fustige la « tentative [anglo-américaine] d’imposer à la communauté internationale une structure unipolaire », ce qui a « un effet destructeur sur la stabilité stratégique ».

Cette déclaration reflète une politique à long terme, mûrie depuis de longs mois par les institutions politiques des deux pays. Considérant les profondes turbulences politiques en Russie, c’est cet aspect institutionnel qui est important. En Chine, outre le président Jiang Zemin, Boris Eltsine a également rencontré le Premier ministre Zhu Rongji et le président du Parlement Li Peng, qui représentent un éventail des différentes approches des dirigeants chinois.

La déclaration sino-russe s’inquiète des « tendances négatives qui se multiplient à un rythme croissant dans les affaires internationales », telles que : la tentative d’imposer au monde « une structure unipolaire et un seul type de culture, de valeurs et d’idées », l’affaiblissement du rôle du Conseil de sécurité des Nations unies, l’expansion de blocs militaires, la volonté de saper le « droit international par la menace de la force, y compris la guerre, suivant la thèse qui veut que « les droits humains priment sur la souveraineté" ».

Ces tendances « empêchent la réalisation » de l’objectif stratégique de la Russie et de la Chine, qui est de créer une « structure multipolaire juste dans les relations internationales ». Sans nommer explicitement les Etats-Unis, le texte affirme que « des tendances négatives ont récemment surgi dans le domaine de la sécurité internationale » et note que la mise en place d’un système de défense antimissiles par les Etats-Unis, considérée comme une violation du Traité ABM de 1972, aurait « un effet dévastateur sur la stabilité stratégique et sur toute la structure des principaux accords internationaux concernant le désarmement et la non-prolifération d’armes de destruction de masse ». En réponse aux projets américano-japonais d’installer en Asie orientale un système conjoint de défense antimissiles de théâtre et aux propositions provocatrices de fournir ces systèmes à Taïwan, la déclaration affirme que « les projets de certains Etats d’installer des systèmes de défense antimissiles régionaux « pourraient menacer la paix et la stabilité dans la région Asie-Pacifique ».

La conclusion de cette partie de la déclaration est sans ambiguïté : la responsabilité des conséquences d’un éventuel bouleversement de la stabilité stratégique et de la sécurité internationale « reviendra à ces Etats qui auront déclenché la rupture des accords fondamentaux dans le domaine du désarmement ». Les deux pays réaffirment la nécessité d’une coordination étroite de leurs actions, tout en soulignant, cependant, que ce partenariat stratégique n’est pas une alliance et ne se dirige pas contre un quelconque pays ou bloc tiers.

Contactez-nous !