Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

La Russie évoque les « canons d’août » tout en montrant sa bonne volonté

La rédaction
visites
1720

28 août 2008 (LPAC) – L’ambassadeur russe auprès de l’OTAN, Dmitri Rogozine, a employé le terme de « canons d’août » (une référence au début de la Grande guerre de 1914), pour parler des dangers résultant des provocations actuelles à son encontre.

Rogozine a comparé le président géorgien Mikhaïl Saakashvili à Gavrilo Princip, l’agent provocateur « serbe » qui assassina l’archiduc François-Ferdinand d’Autriche à Sarajevo le 28 juin 1914.

Rappelons que le cadre de cette guerre, la « logique des alliances », fut fixé d’avance par le roi d’Angleterre Edouard VII et les services secrets de l’Empire britannique, et que ce fut leur jouet, Gavrilo Princip, qui actionna l’arme mortelle.

Rogozine affirma que « quand une personne prend le rôle d’un provocateur ou décide d’entrer dans l’histoire de la façon choisie par M. Saakashvili, il peut amener des systèmes globaux à s’affronter ; ainsi, à Sarajevo, Gavrilo Princip a amené les grandes puissances à s’affronter dans la Première Guerre mondiale et Saakashvili a cherché sa couronne de lauriers en essayant d’en faire autant.. Espérons que cela n’arrivera pas. »

Après sa rencontre avec le président russe Medvedev à Sotchi, Rogozine a déclaré que la Russie gelait sa coopération avec l’OTAN sur le maintien de la paix pendant six mois, sans pour autant suspendre sa participation au Conseil de partenariat euro-atlantique. Par contre, la Russie cessera sa participation au Partenariat pour la Paix (PPP), autre cadre de travail de l’OTAN.

Montrant sa bonne volonté en voulant maintenir une perspective de dialogue, la Russie continuera à aider l’OTAN en Afghanistan. « Sans notre aide, cette mission de l’OTAN serait un échec complet, un fiasco. Ce serait de la folie si l’OTAN continuait à miner ses relations avec la Russie », conclut Rogozine en précisant que certains aspects de la lutte contre le terrorisme seraient maintenus.

Pour creuser le sujet : focus

Contactez-nous !