Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

La Russie perd un dirigeant potentiel

La rédaction
visites
834

Le 28 avril, le général Alexander Lebed, gouverneur de la région de Krasnoiarsk, en Sibérie, ancien chef militaire et ancien candidat présidentiel, a été tué dans un accident d’hélicoptère dans des circonstances encore non élucidées.

Considéré par la population comme un dirigeant honnête et courageux, Lebed fut enterré en héros à Moscou, en présence de grands dirigeants politiques et religieux. Commentant sa mort dans une interview sur la station Echo de Moscou, le député Sergei Glaziev, qui avait étroitement collaboré à sa campagne présidentielle en 1995-96 et qui était son conseiller lorsqu’il était chef du Conseil national de sécurité russe, a déclaré que sa mort était « une grande perte pour la Russie. (...) Je crois que Lebed a représenté, jusqu’au dernier moment, ce qu’on pourrait appeler une certaine chance historique pour le pays », dit-il.

Glaziev avait travaillé avec Lebed en 1996 pour établir « une liste de critères de la sécurité économique nationale » qui sont « toujours applicables aujourd’hui ». Ces mesures étaient centrées sur « la capacité du pays à se développer de manière indépendante, quelles que soient les fluctuations économiques extérieures ou les considérations commerciales conjoncturelles. (...) Au-delà [de ces mesures], nous avons rédigé tout un programme de mesures de stabilisation pour une transition vers une politique de croissance économique, et une doctrine de sécurité nationale a été adoptée. Tout ceci fut entrepris dans la courte période pendant laquelle Lebed était secrétaire [du Conseil de sécurité russe]. » Lebed a été écarté parce que « ce qu’il faisait personnellement menaçait les gens qui dirigeaient en réalité la politique économique et financière nationale. Tchernomyrdine tout d’abord (...) et Tchoubaïs, (...) craignaient Lebed, parce que, s’appuyant sur son autorité auprès du public et sur le soutien de millions de gens, (...) il n’avait pas peur de poser des questions controversées et de demander des comptes ». Lebed, qui avait courageusement négocié l’accord de paix mettant fin à la première guerre de Tchétchénie, aurait pu, selon Glaziev, en empêcher une deuxième s’il n’avait pas été écarté du pouvoir.

Contactez-nous !