Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité

La Russie refuse de rentrer dans le jeu des provocations britanniques

La rédaction
visites
1397
commentaire

3 septembre (LPAC) - Alors qu’il s’adressait aux étudiants -futurs diplomates- de l’Institut des relations internationales de Moscou, Sergeï Lavrov, le ministre russe des affaires étrangères, a recouru à Shakespeare comme à un sabre transperçant la Grande-Bretagne, cette dernière ayant pour politique de provoquer par tous les moyens possibles une confrontation américano-russe.

Lavrov s’est adressé à Londres en citant le défi ironique d’Hamlet à l’agent Guilderstern : « Croyez-vous pouvoir jouer de moi comme d’une flûte ? Prenez-moi pour l’instrument qu’il vous plaît, vous aurez beau tracasser toutes mes cordes, vous ne tirerez pas un son de moi. » Avec perspicacité, le London Time On Line en a conclu que « le ministre russe des Affaires étrangères comparait les relations russo-britanniques d’aujourd’hui à une tragédie shakespearienne, par rapport au meurtre de l’espion dissident Alexander Litvinenko ».

Lavrov a ensuite expliqué qu’il « ne pense pas qu’en prenant, il y a quelques années, la décision d’octroyer l’asile politique à certains personnages odieux, la Grande-Bretagne ait compté sérieusement s’assurer la possibilité de tirer les ficelles dans le processus politique intérieur russe », se référant à l’oligarque Boris Berezovsky dont le but avoué est de faire chuter le gouvernement Poutine, voire même que Poutine soit assassiné. « Or, volontairement ou non, Londres s’est finalement retrouvée parmi les participants aux intrigues et aux provocations contre la Russie », a-t-il ajouté.

Lavrov a également réaffirmé l’existence de « lignes rouges » à ne pas franchir dans les relations de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis avec la Russie, car les politiques induites par les Britanniques dans l’administration Cheney-Bush pourraient mener directement à une tragédie. « Cela doit être clair : autant la Russie évite les confrontations dans sa politique étrangère, autant nous avons des lignes rouges au-delà desquelles notre sécurité nationale ou l’ordre international sont menacés (...). Le déploiement du système de défense anti-missiles des Etats-Unis en Europe de l’Est et la résolution pour le Kosovo en font partie. »

Lavrov a conclu en disant que « la renaissance rapide de la Russie en tant que grande nation du monde » pose problème à « certains cercles occidentaux », ce qui a effectivement déclenché les provocations britanniques.

Contactez-nous !

Don rapide