Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

La Russie riposte fermement à l’expulsion de ses diplomates

La rédaction
visites
1089

Selon l’agence Itar-Tass, le Ministre des Affaires étrangères russes, Sergei Lavrov a déclaré à son homologue anglais David Miliband que l’expulsion des quatre diplomates russes pourrait avoir des « conséquences très graves »

17 juillet 2007 (LPAC) - Selon l’agence Itar-Tass, le Ministre des Affaires étrangères russes, Sergei Lavrov a déclaré au téléphone à son homologue anglais David Miliband que l’expulsion des quatre diplomates russes en représaille au refus d’extradition d’un citoyen russe vers l’Angleterre, pourrait avoir des « conséquences très graves » pour les relations entre les deux pays. Lavrov est cité disant « Londres devrait comprendre que les actions entreprises par les autorités britanniques ne seront pas laissées sans réponse et pourront gravement porter atteinte aux relations russo-britanniques. »

Le porte-parole de la diplomatie russe, Mikaïl Kamynin, a qualifié l’action anglaise d’ « immorale ». « La décision prise par Londres confirme un retour des sentiments russophobes dans la société anglaise et des cercles politiques, qui se sont répercutés sur sa politique étrangère. Vu la situation, la déclaration de Miliband affirmant que le Royaume Uni désire avoir la Russie comme partenaire sur la scène internationale, semble naïve. »
Kamynin ajouta que « de telles actions entreprises par les autorités anglaises sont destinées à justifier leur refus de travailler ensemble avec les services judiciaires russes sur l’extradition de Ahmed Zakaïev [dirigeant tchétchène qui réside à Londres] et [l’oligarque milliardaire] Boris Berezovski. Nous avons présenté des indices forts concernant leur participation à des activités terroristes. (...) Ces dernières années, les autorités britanniques ont systématiquement refusé d’extrader des citoyens accusés de crime. »

Le Guardian citait Sergei Markov, un conseiller du Kremlin, qui affirme que l’ambiance y est « froide et rageuse » et que les anglais les prennent de haut, agissant de manière « impériale ».

Novosti citait les propos de Miliband devant le parlement anglais : « Nous avons choisi d’extrader quatre diplomates, quatre diplomates particuliers, afin d’envoyer une message clair et proportionné sur la gravité de cette affaire. » Il a demandé à la Russie de changer sa constitution pour permettre des extraditions et pouvoir améliorer sa coopération avec la justice internationale. « Ceci n’est pas une situation que le gouvernement anglais souhaite où accueille favorablement, » a dit Miliband, « Mais nous n’avons pas d’autres choix que de traiter la question. » Miliband disait aussi que les négociations UE-Russie pour rendre le régime des visas plus souple seraient suspendu, et que des restrictions seraient introduites pour les visas des fonctionnaires russes, mais pas pour les touristes.

Pour Kamynin, l’annonce de Miliband est une « action chorégraphiée avec soin » qui porte gravement atteinte aux relations bilatérales, ajoutant que la Russie était prête à coopérer avec l’Angleterre sur l’affaire Litvinenko.

Dmitri Peskov, le porte parole du président Vladimir Poutine, disait pour sa part que « Nous ne voulons pas être provoqué à jouer un jeu de ping-pong, bien que la partie russe puisse donner le répondant nécessaire. »

L’ancien Ministre des Affaires étrangères anglais Sir Malcolm Rifkind, a déclaré à la BBC qu’il sait être fort improbable que Poutine donne son feu vert pour extrader Lougovoï, désigné par les anglais comme suspect principal dans cette affaire.« C’est important que les Russes se rendent compte, que si jamais ils choisissent de se comporter de telle façon, ils réalisent qu’il y a un prix à payer et que ce prix est l’embarras, la déconvenue et les difficultés rencontrées par l’expulsion de leurs diplomates. Evidemment, cela ne nous donne pas le résultat espéré dans l’idéal, mais il est important que la nature très, très profondément insatisfaisante de cet évènement soit clairement manifestée. »

Sir Malcolm Rifkind était en fonction lors de la dernière expulsion de diplomates russes, et aujourd’hui à la tête d’Armor Holding, au centre des dernières acquisitions de BAE Systems et faisant actuellement l’objet d’enquêtes aux Etats-Unis.

Pour en savoir plus sur la position russe :
« Affaire Litvinenko-Lougovoï : Quand les Britanniques se nuisent à eux-mêmes »
de Vladimir Simonov, RIA Novosti

Contactez-nous !