Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

La Russie se tourne vers l’Asie

La rédaction
visites
882
commentaire

La Russie a pour vocation d’être « un lien entre l’Est et l’Ouest », écrit le ministre russe des Affaires étrangères, Igor Ivanov, dans le numéro de janvier 2004 de la publication Asie et Afrique aujourd’hui. Si la politique étrangère russe a, à la fois, des « côtés » européens et asiatiques, « les intérêts nationaux russes dictent, objectivement, de porter une attention plus grande au côté asiatique », ceci en raison de la « croissance dynamique » de l’Asie, centrée sur « les industries à haute teneur scientifique et technologique ». La troisième nation spatiale du monde, rappelle-t-il, c’est la Chine.

Ivanov compare la croissance de l’Asie aux mauvaises conditions qui règnent en Russie asiatique, malgré sa grande richesse naturelle, sa puissante base scientifique et industrielle et sa population « créative ». La Russie doit faire évoluer la situation par une « participation active dans l’intégration économique régionale ». Ses relations avec la Chine sont d’une « importance fondamentale. (...) Sans de vigoureux efforts pour y attirer nos voisins asiatiques, y compris la Chine, un rapide développement de nos régions orientales est impossible. (...) Nous avons besoin d’une forte présence asiatique dans l’est de la Russie, tout autant que de l’intégration de l’économie russe dans le nouvel espace économique émergeant en Asie. Voilà notre tâche stratégique pour les années à venir . »

Dans ce contexte, le ministre russe a évoqué le rôle des associations multinationales et des nouveaux mécanismes collectifs en Asie, notamment l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), les relations de la Russie avec l’ASEAN et l’initiative kazakh pour mettre en place un « dialogue pan-asiatique » avec la Conférence sur l’interaction et les mesures de construction de la confiance en Asie. L’objectif de ces associations, conclut Ivanov, est la « sécurité commune et la création de conditions de prospérité optimales. (...) Comme l’a écrit le génial poète chinois Bo Juyi avec la subtilité et l’allégorie orientales, les racines entrecroisées de plantes différentes mûrissent ensemble, utilisant chacune pour le bien de l’autre leurs tiges et leurs feuilles ».

Le 12 février, Ivanov est revenu sur ce thème dans une déclaration devant la commission des Affaires étrangères de la Douma, où il notait que le poids de la Russie dans les affaires internationales avait augmenté grâce à la « stabilisation interne et la réalisation de taux de croissance économique plus élevés. (...) La politique étrangère diversifiée de la Russie donne des résultats tangibles. C’est le cas le plus évident sur la scène asiatique. Les relations sino-russes n’ont jamais été meilleures. Le partenariat stratégique avec l’Inde se renforce, sur la base de la déclaration et des accords adoptés lors du sommet. La coopération avec le Japon va de l’avant. Elle se base fermement sur le plan d’action bilatérale adopté l’année dernière . »

Contactez-nous !

Don rapide