Solidarité&progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

Flash : 24 avril - Jacques Cheminade : « Mon exemple, c’est le général de Gaulle partant à Londres » Lire Flash : 7 avril - Jacques Cheminade au Liban reçu par le Président Michel Aoun Lire Flash : 1er avril - A Bondy, Jacques Cheminade engage un dialogue citoyen sur les banlieues Lire
AccueilActualité
Brèves

La Thaïlande se prépare à protéger sa monnaie

La rédaction
visites
843
commentaire

La Banque de Thaïlande prend actuellement des mesures énergiques pour protéger sa monnaie, le baht, des attaques de spéculateurs internationaux. La Thaïlande semble ainsi vouloir prendre des mesures similaires à celles adoptées par la Malaisie en septembre 1998, avec d’heureuses conséquences pour sa sécurité économique.

Le 28 novembre, trois jours après le sommet de l’ASEAN-plus-trois, la Banque de Thaïlande a annoncé qu’en l’absence d’objectifs commerciaux, les banques locales ne seront plus autorisées à vendre de bahts à des comptes de non-résidents. C’est à partir de comptes offshore que des banques et hedge funds internationaux ont lancé en 1997 l’offensive devant mener à l’effondrement du bath et à la crise financière dite asiatique.

La banque centrale n’a donné aux détenteurs de comptes non-résidents de 50 millions de bahts ou plus (1,3 million de dollars), que trois jours pour lui vendre tous les dollars obtenus sans transaction commerciale réelle, ceci au taux de 1,20 baht par dollar. Ainsi, les transferts spéculatifs de monnaie ne seront plus rentables. Désormais, pour obtenir des dollars, les courtiers en devises doivent prouver qu’ils correspondent à une transaction commerciale. Ces dernières semaines, les ventes à découvert de bahts avaient fait chuter la devise à 44 contre un dollar. La banque centrale a aussi interdit à plusieurs banques l’accès au marché monétaire pendant dix jours, pour avoir enfreint les restrictions déjà existantes sur le change.

Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

Don rapide