Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Brèves

La campagne de Gore souffre d’algor mortis

La rédaction

Dans un billet, le Washington Post du 2 août s’interroge sur la raison pour laquelle la campagne électorale du vice-président Al Gore n’a connu que des problèmes : « Pourquoi sa campagne est-elle si morne et froide ? » se demande l’auteur, Al Kamen. Il propose pour y voir plus clair d’utiliser les ressources de la médecine légale, qui s’efforce de calculer à quand remonte le décès d’une personne.

« Tout d’abord, il y a la rigor mortis, littéralement la raideur de la mort. On la constate particulièrement trois ou quatre heures après la mort (parce qu’il présente ces symptômes alors qu’il est encore vivant, Gore est depuis longtemps un cas exceptionnel pour la médecine)... Ensuite il y a la livor mortis, le flux sanguin stagne et se fige. La troisième condition, celle qui clairement affecte le plus la campagne est connue sous le nom d’algor mortis. C’est le refroidissement du sang après la mort... »

Ce billet facétieux constitue néanmoins un rapport fidèle de l’état de la tentative de campagne de Gore.

Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

La chronique du 16 février le monde
en devenir

Don rapide