Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

La catastrophe de la navette Columbia et les coupures budgétaires à la NASA

La rédaction
visites
933

S’il faudra un certain temps pour comprendre les causes de la tragédie de la navette Columbia, les projecteurs sont déjà braqués sur une tendance générale dans le programme spatial ces dernières années : un budget en peau de chagrin pénalisant non seulement les missions futures, mais aussi la sécurité des programmes existants.

Pendant les années 90, on a imposé à la NASA le modèle de l’entreprise produisant « plus vite, mieux et moins cher », qui veut dire, en clair, le « dégraissage » et des économies au niveau de l’ingénierie et des effectifs. L’une des conséquences de la situation financière précaire de la NASA a été la privatisation de la maintenance de la navette au profit de Lockheed Martin et de Boeing.

Depuis 1998, le budget de la NASA a été réduit de 1,7 milliard de dollars. Le gouvernement actuel a privilégié les projets militaires, au détriment des vols spatiaux civils. En avril de l’année dernière, l’Aerospace Safety Advisory Panel avait tiré la sonnette d’alarme : en raison du manque de financement, les vols de la navette courraient les « plus grands risques de sécurité » depuis 15 ans.

Dans un mémorandum publié le 2 février sous le titre « C’est à cause de la mentalité comptable », LaRouche déclare : « Il faut se garder de tirer une conclusion prématurée (...) concernant les causes immédiates de l’accident de Columbia. Néanmoins, nous devons reconnaître qu’en raison des changements radicaux dictés par la politique comptable, la NASA a dû fonctionner avec un certain degré de risque évitable. Cette politique insensée mise en place dans la période précédant le lancement fatal de Challenger, le 28 janvier 1986, continue de prévaloir à ce jour . »

LaRouche dénonce les « méthodes mathématiques d’analyse des systèmes et autres imprudences du même genre » qui se sont substituées à « une approche réellement compétente du point de vue scientifique et d’ingénierie ». Cette substitution, et ses conséquences mortelles, sont le résultat de la mentalité comptable qui veut imposer l’austérité partout, dans les entreprises privées et les sociétés publiques comme la NASA. « Nous ne pouvons pas défaire ce qui s’est passé samedi, mais nous devons nous débarrasser des mesures économiques mal conçues qui condamnent des programmes essentiels à être conduits avec des risques inutiles (...) . »

Contactez-nous !