Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

La chute de la Bourse pénalise les fonds de pension américains

La rédaction
visites
849
commentaire

Depuis des mois, le problème du financement des retraites au moyen de fonds de pension fait l’objet d’un intense débat en Europe. C’est aux Etats-Unis que les plans de retraite privés, baptisés « retraite à contribution définie » (CD), ont commencé ; depuis une vingtaine d’années, les salariés et les entreprises ont le droit de déduire de leurs revenus bruts une certaine somme (contribution définie) qui est automatiquement investie dans un fonds commun de placement, géré par différentes sociétés privées. Cette somme est exonérée d’impôts pendant le temps qu’elle est investie, en général jusqu’à la retraite. Aujourd’hui, plus de 55 millions d’Américains ont investi pour 2000 milliards de dollars dans de tels fonds et plus de 40 % de cet argent a été investi dans des actions en Bourse.

Or, depuis douze mois, la valeur totale des actions américaines est en baisse et environ 4200 milliards de dollars de valeur nominale se sont évaporés du Nasdaq et d’ailleurs. On peut donc se demander quelle est la valeur réelle de ces fonds de pension.

Les tableaux ci-dessous montrent l’incroyable croissance des actions détenues par les fonds de pension, à la fois en valeur absolue et en pourcentage de l’ensemble des avoirs détenus (qui comprennent aussi des obligations de sociétés, des bons du Trésor, des instruments du marché monétaire, etc.). Nous considérons les deux principales formes de fonds de pension : d’abord, les fonds privés relevant de salariés et d’entreprises du secteur privé et, ensuite, les « fonds de retraite des employés des gouvernements locaux et d’Etat ».

Tableau 1.
Fonds de pension privés (en milliards de dollars)
AnnéeActions de sociétésAvoirs totauxPourcentage des actions par rapport au total
197510824444,2
198023251345,2
1985516122642,1
19906061635 37,1
19951289292344,1
19992157467846,1
1e tri 20002231482746,2
4e tr 20001999458943,6
Tableau 2.
Plans de retraite des gouvernements d’Etat et locaux (en milliards de dollars)
AnnéeActions de sociétésAvoirs totauxPourcentage des actions par rapport au total
19752410423,4
19804419722,5
198512039930,1
1990271884 30,6
1995791146554,0
19991917292965,4
1e tri 20001920294765,2
4e tr 20001937308562,8
Tableau 3.
Pensions privées, et plans de retraite des gouvernements d’Etat et locaux (en milliards de dollars)
AnnéeActions de sociétésAvoirs totauxPourcentage des actions par rapport au total
197513234838,0
198027671039,9
1985636162539,1
19908772519 34,8
19952080438847,4
19994074760753,6
1e tri 20004151777453,4
4e tr 20003936767451,3

(Source : Federal Reserve Board of Governors, « Flows of Funds »)

Ces chiffres appellent quelques remarques. A la fin du premier trimestre de l’année 2000, les fonds de pension privés détenaient pour 2231 milliards de dollars d’actions mais, entre ce moment-là et le quatrième trimestre 2000, ce chiffre a baissé de 232 milliards. Sur ces 232 milliards, 56 étaient dus au désinvestissement des fonds de pension, c’est-à-dire à la vente d’actions, mais les 176 milliards restants représentent la chute de la valeur des actions, enregistrée au cours de l’année 2000.

Nous voyons dans le Tableau 2 qu’en 1975, sur l’ensemble des avoirs des fonds de retraite des gouvernements d’Etat et locaux, 23,4 % seulement se trouvaient dans des actions. Cependant, au quatrième trimestre de l’année 2000, ce pourcentage a atteint 62,8 %, les rendant bien sûr beaucoup plus vulnérables au krach de la bulle boursière.

Le Tableau 3 montre qu’à la fin du quatrième trimestre de l’année dernière, ces deux types de fonds pris ensemble détenaient pour 7674 milliards de titres financiers, dont 3936 milliards (soit 51,3 %) étaient des actions. Bien que des chiffres sûrs ne soient pas encore disponibles, on peut supposer que si la capitalisation boursière des actions a diminué de 10 % au cours des douze premières semaines de cette année et que, par conséquent, la valeur des deux types de fonds de pension a baissé d’autant (- 10 %), alors les retraites ont déjà perdu depuis le début de l’année quelque 394 milliards de dollars. Si, au cours de cette année, la capitalisation boursière diminue de 30 %, alors les fonds de pension privés et ceux des gouvernements d’Etat et locaux combinés auront perdu presque 1200 milliards.

Précisons que dans le cas de l’Etat de New York, entre avril et décembre 2000, les avoirs détenus par ces plans de retraite ont chuté de 6 milliards de dollars, soit 4,7 % de la valeur totale, en raison de la baisse des actions. Au cours de la même période, les fonds de retraites de la ville de New York ont chuté de 7 milliards, soit de 6,5 %.

Pour maintenir un niveau au moins égal au passif, l’Etat de New York pourrait être obligé de renflouer ses fonds de 150 millions de dollars, et la ville de New York de 500 millions. Ce sont les pertes encourues jusqu’au 31 décembre 2000 ; celles du premier trimestre de 2001 (non disponibles) risquent d’être aussi importantes que celles de toute l’année 2000.

En Virginie, la valeur du fonds de retraite de l’Etat a perdu 5 milliards de dollars, soit 11 %, au cours de l’année dernière.

Contactez-nous !

Don rapide