Solidarité&progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

23 juin - Guerre, choléra et famine au Yémen : la complicité criminelle des occidentaux dénoncée à l’ONU Lire 22 juin - Surréaliste : la lutte antifraude fiscale européenne s’installe au Luxembourg ! Lire 22 juin - Spécial Bourget : gros plan sur le programme spatial de Jacques Cheminade Lire
AccueilActualité
Brèves

La commission Hartz présente un programme de création d’emplois en Allemagne

La rédaction
visites
764
commentaire

Le 16 août a été publié le rapport de la commission Hartz, chargée par le gouvernement allemand de proposer de nouveaux moyens pour combattre le chômage massif en Allemagne. Si ce rapport ne contient pas d’éléments nouveaux au-delà de ceux révélés ces dernières semaines, son élément central est le concept de « job-floater », un nouvel instrument financier pour promouvoir la création d’emplois : moyennant certaines conditions minimum, une PMI qui embauche à plein temps un chômeur recevra un crédit de 100 000 euros, dont la moitié viendra grossir le capital de l’entreprise et l’autre sera consacrée aux investissements. Ces crédits, accordés par la Kreditanstalt für Wiederaufbau (KfW), seront canalisés à travers le système des banques commerciales, comme c’est le cas des programmes habituels de la KfW pour les PMI. La KfW refinancera elle-même ces crédits en émettant des obligations sur le marché boursier. De cette façon, le concept du « job-floater » incite les PMI à créer des emplois tout en alimentant les investissements.

Bien entendu, pour éviter d’importantes contestations de la part du camp libéral, le rapport ne chiffre pas explicitement le coût de ce programme. Il présente plutôt un calcul a minima à travers un exemple : la création de 100 000 nouveaux emplois demanderait 10 milliards d’euros de crédits. Le rapport ajoute qu’en cas de réussite, le programme pourrait contribuer à créer 2 millions d’emplois en trois ans ; ainsi, si tous ces emplois étaient financés par des « job-floaters », cela demanderait un investissement de 200 milliards d’euros. Le rapport met l’accent sur certains projets d’investissement « prioritaires », comme des projets d’infrastructure en Allemagne orientale et dans d’autres régions durement frappées sur le plan économique. Si ce rapport ne représente pas en tant que tel un programme de mobilisation d’ensemble pour lutter contre le chômage en Allemagne, il ouvre de nouvelles options financières dans le contexte d’un changement de paradigme politique.

Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

Don rapide