Solidarité&progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

Flash : 18 janvier - JC2017 : je comprends la colère du port du Havre Lire Flash : 18 janvier - JC2017 : Rendre la vaccination contre la grippe de nouveau obligatoire chez les personnels de santé Lire Flash : 16 janvier - Radio S&P 16 janvier 2017 - Moment hystérique ou moment historique ? Lire
Accueil Actualité
Brèves

La connexion suisse du clan Elstine

La rédaction
visites
932
commentaire

L’enquête suisse portant sur des réseaux de blanchiment d’argent et de corruption impliquant le clan Eltsine va inévitablement recouper les investigations américaines à propos du scandale de la Bank of New York, où l’on apprend également que certains « réformateurs » russes sont accusés d’avoir volé des milliards de dollars.

Les deux enquêtes aboutissent aux mêmes personnes en Russie et à l’Ouest : les « oligarques » qui ont pillé la Russie, représentés par la « famille Eltsine », Victor Tchernomyrdine ou Boris Berezovski , ainsi que leurs promoteurs et associés occidentaux, comme George Bush, Margaret Thatcher, Robert Strauss ou Al Gore.

A l’origine des enquêtes suisses, Carla Del Ponte et le procureur général russe Youri Skouratov , aujourd’hui suspendu, ont été officiellement écartés, mais les enquêtes ont acquis leur propre vie. Le 27 août, le parquet de Lausanne a entamé des poursuites pénales pour blanchiment. Vingt-quatre comptes en banque au nom de responsables du Kremlin, dont Pavel Borodine, Berezovski et de proches collaborateurs de Tchernomyrdine sont concernés.

La décision a été prise après que le quotidien italien Corriere della Serra ait publié des fuites sur quelques points importants de l’enquête menée par Carla Del Ponte. En particulier, des détails ont émergé sur trois reçus de cartes de crédit signés par Boris Eltsine et ses deux filles. Ces sommes auraient été versées par la société de construction suisse Mabetex, appartenant à un homme d’affaire albanais du Kosovo, Baghjet Pacolli. Cette entreprise a obtenu en Russie des contrats de plusieurs centaines de millions de dollars de la part de Paval Borodine, qui administre les holdings immobiliers du gouvernement russe. On soupçonne Mabetex d’être le maillon par lequel la famille Eltsine, ainsi que d’autres responsables actuels et anciens du Kremlin, ont fait passer illégalement d’énormes sommes à l’étranger.

Après les révélations du Corriere della Sera, le Kremlin a essayé de bloquer l’enquête en écartant le procureur qui lui donnait sa dynamique. Mais presque en même temps, les autorités suisses ouvraient leurs propres enquêtes au parquet de Lausanne.

Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

Don rapide