Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

La constitution allemande menacée par Maastricht

La rédaction
visites
1145

19 janvier 2008 (Nouvelle Solidarité) - Le Financial Times a révélé vendredi qu’une réunion à huis clos s’était tenue le 16 janvier à Berlin entre représentants du gouvernement et du parlement afin de convenir d’une modification de la Loi fondamentale allemande (la constitution). Les ministres de l’Economie et des Finances, le ministre de la Chancellerie et les représentants des différents groupes parlementaires de la CDU et du SPD, auraient discuté d’incorporer à la constitution les règles de Maastricht sur l’« équilibre budgétaire » pour interdire tout déficit au gouvernement fédéral et aux régions et ainsi restreindre de force les dépenses publiques. Ce projet de loi doit être débattu le 14 février devant la Commission des réformes du Bundestag.

Helga Zepp_LaRouche, présidente de notre parti frère en Allemagne Büso, a immédiatement réagi dans une déclaration diffusée en masse et dont voici un extrait :

« Un problème constitutionnel grave se pose si la coalition gouvernementale SPD-CDU veut transférer l’interdiction du déficit du traité de Maastricht à la Loi fondamentale ; et les citoyens feraient bien de s’en préoccuper avant qu’il ne soit trop tard. Avec cette camisole politique, la coalition veut inscrire l’incompétence économique du traité de Maastricht - l’austérité - dans notre constitution, ce qui serait, après l’abandon de la souveraineté monétaire, une étape supplémentaire dans l’autodestruction des gouvernements.

« En effet, le Pacte de Stabilité interdit aux gouvernements de rendre disponible des lignes de crédit d’Etat pour stimuler la production en temps de crise. Donc il interdit spécifiquement, face aux crises économiques et financières, de recourrir aux méthodes du New Deal de Roosevelt ou du Plan Lautenbach (connu sous le nom de WTB - Woitinsky, Tarnow, et Bade) qui avait été proposé, sans succès, par la Fédération générale des syndicats allemands (ADGB) au début des années 30. »

Dans le cadre de sa conférence internet du 17 janvier visant à catalyser les forces aux Etats-Unis et dans le monde autour de son nouveau Bretton Woods, Lyndon LaRouche a rappelé qu’il n’y a pas de gouvernement en Europe autre que « le gouvernement de Maastricht ». Il a vivement appelé les européens à « renverser le traité de Maastricht pour sauver l’Europe ». « Il suffit que deux ou trois pays clé rompent leur engagement et le traité se désintégrera par lui-même. »

Vous voulez en savoir plus sur les solutions ? Cliquez ICI...

Contactez-nous !