Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

La crise de la dette argentine

La rédaction
visites
921
commentaire

La fragile économie argentine va probablement devenir la première victime de la surévaluation du dollar. Le peso, qui est lié de manière rigide et automatique au dollar au moyen d’un currency board, a vu sa valeur augmenter ces trois derniers mois de quelque 10 % contre la monnaie de son principal partenaire commercial, le Brésil.

La hausse du dollar a aggravé la récession économique qui frappe l’Argentine, rendant ses exportations moins compétitives et augmentant le coût de ses importations de pétrole.

En raison de la détérioration des marchés obligataires internationaux depuis septembre, l’Argentine s’est vue obligée de suspendre sa tentative de trouver sur ces mêmes marchés, d’ici fin décembre, les 2,8 milliards de dollars dont elle a besoin pour rembourser des dettes arrivant à échéance. De plus, l’intérêt sur les obligations d’Etat atteint 14 %. Toutefois, le problème réel se posera en 2001, au moment où 19,4 milliards de dollars d’obligations libellées en devise américaine devront être renouvelées ou remboursées. La dette totale de l’Argentine libellée en dollars s’élève à 120 milliards de dollars, soit 40 % du PIB.

Selon certains cercles bancaires à Buenos Aires, lors de la réunion à huis clos des banquiers au Vermont les 21 et 22 octobre, le secrétaire américain au Trésor Larry Summers et le secrétaire aux Finances Daniel Mark ont désespérément cherché un plan de renflouement pour le pays. La crainte d’une explosion financière en Argentine était l’un des facteurs motivant la déclaration faite par Summers le 31 octobre sur une éventuelle prochaine intervention en vue de stabiliser l’euro, de façon à arrêter indirectement la hausse du dollar face au peso et à d’autres monnaies émergentes. Le ministre argentin des Finances Jose Luis Machinea a admis qu’il était en discussion avec le FMI pour obtenir une « ligne de crédit exceptionnelle » de 10 milliards de dollars au cas où la confiance des investisseurs étrangers s’affaiblirait et que la liquidation des obligations s’accélérerait.

La crise politique intérieure de l’Argentine se détériore et l’effondrement de la coalition au pouvoir du président De la Rue est devenu possible alors que 700 millions de dollars de réductions budgétaires supplémentaires sont exigés par le FMI.

Contactez-nous !

Don rapide