Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

La crise du pétrole en Russie et l’accord « pétrole contre technologie »

La rédaction
visites
823
commentaire

Si la plupart des observateurs ont souligné les avantages pour l’économie russe de la hausse des prix du pétrole, en raison de l’augmentation des recettes à l’exportation, cette même hausse a provoqué, au niveau de l’économie réelle, une grave crise énergétique dont les effets socio-économiques risquent d’être explosifs avec l’arrivée de l’hiver. Par ailleurs, on parle d’un accord probable « pétrole contre technologie » entre la Russie et l’UE.

Le triplement des prix du brut sur le marché mondial a provoqué une forte hausse des flux légaux et illégaux de pétrole et de produits pétroliers en dehors de la Russie. Selon le quotidien gouvernemental Rossiskaïa Gazeta, les exportations russes d’essence, au cours des sept premiers mois de l’an 2000, ont plus que doublé par rapport à celles de la même période de l’année dernière, et celles de diesel ont augmenté de 20%. Résultat : les réserves domestiques d’essence ont diminué de 55% de juillet à août, et celles de diesel d’un tiers, nombre de stations services régionales ayant dû fermer leurs pompes.

« Dieu nous préserve d’un temps froid arrivant trop tôt cette semaine ! » s’exclamait le Rossiskaïa Gazeta, faisant remarquer que la Russie pourrait connaître un goulet d’étranglement énergétique pire que celui qui s’est produit l’hiver dernier.

Il faut savoir que, faute d’investissements massifs dans de nouveaux équipements et de maintenance de ses vastes réseaux d’oléoducs, la Russie ne pourra accroître ni même maintenir son niveau actuel de production et de distribution pétrolière. Dans ce contexte, la possibilité d’un accord pétrole contre technologie entre la Russie et l’UE aurait été le sujet central de discussions entre Gerhard Schröder et le président russe Poutine, lors de la récente visite du chancelier à Moscou le 25 septembre. La Russie garantirait une importante fourniture énergétique à l’Europe de l’Ouest, en échange d’équipements de production et de raffinage de pétrole et de gaz naturel, d’oléoducs et d’autres biens d’équipement. Un accord de ce type aurait été conclu entre le président de la Commission européenne Romano Prodi et des responsables gouvernementaux russes. Ce sujet a aussi été discuté lors de la visite des 28 et 29 septembre de Hubert Védrine à Moscou. Il est possible qu’un accord « pétrole contre technologie » entre la Russie et l’UE soit déjà signé au sommet Russie-UE à Paris le 30 octobre.

Un tel accord pourrait constituer la première étape vers le genre d’arrangements régionaux « structurés » d’échanges de denrées, reposant sur le critère de l’économie physique, que préconise Lyndon LaRouche dans son essai « Commerce sans monnaie ».

Contactez-nous !

Don rapide