Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

La dédollarisation progressive de la Russie

La rédaction
visites
918

Malgré la résistance au sein de certains ministères, les dirigeants russes font preuve de beaucoup d’habilité en diminuant le rôle du dollar en tant que « monnaie parallèle » pour l’économie du pays. A deux reprises - en 1992-93 et en 1998 - les Russes ont perdu leur épargne à cause de la dépréciation du rouble, suite à quoi beaucoup d’entre eux se sont tournés vers le dollar comme monnaie d’épargne.

Lors d’une audition devant la Commission économique de la Douma, fin juin, Lyndon LaRouche et l’économiste russe Tatiana Koryagina ont mis en évidence l’extrême vulnérabilité de la Russie en cas de crise du dollar. Apparemment, leurs mises en garde ont été entendues. Début juillet, le tchervonets d’or et le sable d’argent qui, jusque-là, n’intéressaient que les collectionneurs, ont été déclarés monnaie d’échange légale. En même temps, un grand débat a débuté sur la crise du dollar et le rôle de cette devise en Russie.

Au sein du gouvernement, cependant, la stratégie de dédollarisation ne fait pas l’unanimité et certains la contestent même vigoureusement. C’est ainsi que certaines positions ont été exprimées puis démenties, des mesures prises puis retirées.

Fin août, l’exportation d’or et d’autres métaux précieux a été suspendue. Au milieu de ces controverses, le journal de Boris Berezovski, Novaïa Isveztia, écrivait que le président Poutine préparait le retour à un régime de devises semblable à celui de l’ère soviétique, dans lequel les citoyens recevraient, en échange de leurs devises étrangères, des « reconnaissances de dette » du gouvernement. Contrairement aux attentes de Berezovski, ces affirmations - aussitôt démenties - ont simplement renforcé l’incertitude vis-à-vis de l’avenir de la monnaie américaine. Jusqu’à présent, ce débat a eu un effet très concret : les Russes se débarrassent de leurs dollars en achetant tout ce qu’ils peuvent, voitures, meubles, réfrigérateurs, appareils ménagers et biens durables. Apparemment, le lien psychologique entre la population et le dollar est clairement rompu. Les banques accordent moins de crédits en dollars, tout en augmentant ceux libellés en roubles.

Contactez-nous !