Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

“La défaillance de deux fonds spéculatifs de Bear Stearns fait craindre une contagion”

La rédaction
visites
1306

Même le journal le Monde parle de l’effondrement financier en cours ! Probablement que ça doit être vrai alors ! ?

2 juillet 2007 (Nouvelle solidarité) - Un article de Claire Gatinois paru dans Le Monde du 30 juin rapporte que la faillite de deux fonds spéculatifs de Bear Stearns “fait craindre une contagion” à l’ensemble du système monétaire.

L’article démarre avec “Wall Street tremble. L’effet domino lié aux déboires de deux fonds spéculatifs (hedge funds) de la banque d’investissement Bear Stearns devient réalité », notant que deux fonds - Caliber et Queen’s Walk- ont déjà mis la clef sous la porte et cite un banquier d’investissement qui prévoit que « des faillites seront annoncées chaque jour cet été ». « A New York comme sur les autres places financières, le souvenir de la faillite du fonds Long Term Capital Management (LTCM) en 1998, qui avait failli provoquer une crise du système financier, reste dans les esprits », écrit Gatinois.

« Ces fonds, adeptes de paris financiers audacieux, font les frais du retournement du marché immobilier américain » poursuit elle, notant que la faute revient particulièrement au marché de sub-prime - le marché hypothécaire à risque - dont les titres ont perdu près de 30 % depuis le début de l’année. « Le marché des subprime mortgages, estimé à 450 milliards de dollars en 2007, devrait faire d’autres victimes. La crise pourrait s’étendre, notamment à des activités où le recours à l’endettement est systématique comme le rachat de sociétés, par des fonds. »

« La fin de l’argent facile pourrait gripper un marché aimé par les fonds et se répercuter sur la Bourse », avertit Claire Gatinois.

Contactez-nous !