Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

La faillite argentine

La rédaction
visites
1441

Dès son retour de Washington au début septembre, le ministre argentin des Finances Domingo Cavallo a officiellement fait connaître les conditions négociées avec le FMI en échange d’une aide d’urgence de 8 milliards de dollars, destinée à éviter une cessation de paiement imminente.

Ces conditions comprennent notamment l’interdiction de tout déficit, ce qui signifie une diminution de 13 à 30 % des salaires des fonctionnaires et des pensions de retraite. Des conflits sociaux ont déjà éclaté dans le pays. Dans la dernière semaine d’août, des étudiants et des enseignants ont manifesté contre ce programme qui frappe particulièrement le secteur de l’éducation, où le gouvernement a annoncé la suppression de la gratuité des repas scolaires pour 300 000 élèves de familles pauvres. Le 29 août, 120 000 syndicalistes ont manifesté à Buenos Aires et les orateurs des deux courants de la CGT ont appelé la population à saisir l’occasion des élections législatives du 14 octobre pour assurer la défaite de la politique gouvernementale.

Le mécontentement est fort dans les provinces où les arriérés de salaires remontent à plusieurs mois et les subventions pour les pauvres ont diminué. La majorité des gouverneurs ont annoncé qu’ils n’allaient pas accepter les nouvelles mesures d’austérité. La province de Buenos Aires, de facto en faillite, a payé une partie des salaires avec des « cacahuètes », tandis que celle de Corrientes a fait défaut sur 7,8 millions de dollars de paiements à échéance fin août-début septembre, et celle de Formos, au nord de l’Argentine, n’a pu honorer le paiement de1,1 million de dollars portant sur trois obligations. Dans les deux cas, les gouvernements provinciaux accusent l’Etat central de ne pas leur avoir versé leur part de recettes fiscales. Les gouverneurs de Jujuy et de La Pampa ont annoncé le 4 septembre qu’ils allaient porter plainte contre le gouvernement auprès de la Cour suprême du pays, pour avoir failli au pacte fiscal fédéral. D’autres pays latino-américains risquent de suivre l’Argentine, en particulier le Brésil qui, il y a quelques semaines, devant la menace que faisait planer la faillite de l’Argentine, a reçu 15 milliards de dollars d’aide d’urgence de la part du FMI, afin de protéger le pays de la contagion. Au mois de juillet, la dette brésilienne a augmenté de 8,74 milliards pour atteindre 256,6 milliards de dollars.

Le président de la Fondation Gertulio Vargas, Laro Viera de Farias, a averti que si une nouvelle crise éclatait, les 15 milliards d’aide d’urgence « deviendraient totalement insignifiants face à la dette publique et privée se montant à 400 milliards de dollars ».

Contactez-nous !