www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

La faillite des ménages est-européens menace l’euro

La rédaction
1852 visites

4 mars 2009 (Nouvelle Solidarité) — Le 27 février, trois grandes institutions financières internationales – la Banque mondiale, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) et la Banque européenne des investissements (BEI) – ont annoncé un plan de sauvetage pour les banques et les entreprises d’Europe de l’Est, s’élevant à 24,5 milliards d’euros sur deux ans, afin d’empêcher la catastrophe.

La BERD évalue les besoins immédiats à 350 milliards d’euros, dont 200 pour la recapitalisation et 150 pour le refinancement. Ajoutons à cela l’aide de 180 milliards que la Hongrie, un pays déjà en pourparlers avec le FMI, réclame auprès de l’UE. Ce plan a d’ailleurs été rejeté lors du déjeuner de travail des 27 chefs d’Etat et de gouvernement réunis à Bruxelles le 1er mars.

Après la chute du Mur, tandis que les pays est-européens tentaient de se désendetter en cassant les services sociaux, les filiales des banques autrichiennes, suédoises, allemandes, italiennes et autres travaillaient, elles, à l’endettement des ménages. Ces derniers étaient invités à contracter des crédits en devises étrangères (en euros, mais surtout en francs suisses), en jouant sur des taux d’intérêts inférieurs à ceux de leur monnaie nationale. Aujourd’hui, avec l’effondrement de leurs devises, les ménages de l’Europe de l’Est se montrent incapables de rembourser des crédits devenus trop onéreux. Par exemple, la devise roumaine, le leu, a perdu plus de 20% de sa valeur depuis le début de la crise et la Roumanie envisage de demander l’aide du FMI. La Serbie a également demandé au FMI d’accroître son aide de 520 millions à 2 milliards d’euros.

L’Europe occidentale paye aujourd’hui la facture pour avoir voulu créer une « petite Chine » sur sa frontière orientale, ayant limité ses investissements essentiellement à la production, grâce à une main d’œuvre bon marché, de produits de consommation (notamment des voitures), destinés à être vendus sur les marchés « rentables » à l’Ouest. De plus, les banques occidentales n’ont pas hésité à « titriser » la bulle du crédit à la consommation et de l’immobilier à l’Est.

D’après le courtier japonais Nomura, près d’un quart des actifs des banques en Europe de l’Est risquent d’être des titres « pourris ». Ce que l’on a interdit aux banques suédoises de pratiquer dans leur pays après le krach de 1990, a été présenté comme le « développement » en Europe de l’Est. Les plus exposées aujourd’hui sont les banques autrichiennes. Leurs pertes potentielles représentent plus de 80% du PIB du pays !

L’arrêt brutal de la croissance, donc de la consommation, à l’Ouest accélère presque mécaniquement l’effondrement à l’Est. Si rien n’est fait pour enrayer la faillite dans ces pays, c’est toute l’UE qui sera fortement touchée, autant politiquement que financièrement.

Sur fond de ces divisions, de peur de provoquer une panique et la chute de l’euro, le sommet du Conseil de l’UE du 1er mars s’est résolu à écarter toute aide supplémentaire en faveur de l’Est européen provoquant une chute accélérée des devises des pays de la région.

Pour creuser le sujet : focus

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Notre dossier éducation, en vente ici Au Yémen, on assassine les hommes et leur mémoire. La France complice. terrorisme / 11 septembre, les 28 pages qui démasquent... La mer, avenir de l’homme Présidentielle 2017
Autres articles
Plus d'articles

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet