Solidarité&progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

Flash : 19 janvier - Radio S&P 19 janvier 2017 - L’UE est morte, vive l’Europe ! Lire Flash : 18 janvier - JC2017 : je comprends la colère du port du Havre Lire Flash : 18 janvier - JC2017 : Rendre la vaccination contre la grippe de nouveau obligatoire chez les personnels de santé Lire
Accueil Actualité
Brèves

La grippe H1N1 frappera des millions de pauvres

La rédaction
visites
1668
commentaires

22 septembre 2009 (Nouvelle Solidarité) — Un rapport confidentiel de l’ONU, dont l’Observer a pu se procurer un exemplaire, avertit que la pandémie de grippe A/H1N1 pourrait faire des millions de victimes dans les pays en voie de développement et y provoquer une désorganisation des Etats.

Ce rapport de 47 pages, commandé par le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, souligne que le manque d’infrastructures de base dans le domaine de l’eau, de l’énergie et du transport, combiné à un sous investissement chronique dans les infrastructures de santé (secteur déjà mis à rude épreuve par la tuberculose, le paludisme et le VIH), rendent ces pays extrêmement fragiles.

« Si les fournisseurs de carburant, d’alimentation et de transport n’élaborent pas rapidement des plans de continuité d’activité, les conséquences de la pandémie seront encore plus graves », souligne l’étude.

Ce constat intervient après le cri d’alarme lancé par les responsables de l’OMS, qui se trouvent dans l’incapacité de réunir ne serait-ce que la moitié d’une telle somme. Le 17 septembre, le rapport de l’ONU fut envoyé à tous les ministres de la Santé des pays membres, désignant les 75 pays les plus vulnérables, du fait d’une capacité de résistance extrêmement faible. Il s’agit de 6 pays d’Amérique latine, dont Cuba et la Bolivie ; 21 pays d’Asie, y compris la Corée du nord et le Bangladesh ; et 40 pays d’Afrique, dont le Congo et l’Erythrée.

Pour éviter cette situation, les pays riches devraient prendre en charge les 900 millions de livres nécessaires pour couvrir la dépense en anti-viraux et en vaccins permettant de protéger en priorité, dans quelque 85 pays, le personnel médical et les malades les plus gravement atteints, soit environ 5 à 10% de la population. Une somme supplémentaire de 147 millions de livres permettrait d’organiser des campagnes de vaccination plus étendues, d’améliorer l’information et surtout d’équiper les pays en laboratoires d’analyse.

Rappelons qu’à ce jour, la production mondiale de l’ensemble des vaccins existants, un secteur d’activité d’une rentabilité extrêmement faible, ne représente que 15 milliards de dollars par an, soit environ 3% des profits de l’industrie pharmaceutique.

Pour l’instant, seuls quelques pays, dont la France, l’Angleterre et les Etats-Unis, se sont engagés à offrir à ces pays l’équivalent de 10% de leurs propres vaccins contre la grippe H1N1 pour enrayer l’épidémie.

La générosité dont nos dirigeants ont fait preuve à l’égard des banques et des spéculateurs ne semble plus au rendez-vous, car « c’est la crise » !

Video : Non au triage humain, santé publique et population

Articles :

— Empêchons le retour de la grippe espagnole !
— Grippe H1N1 : enquête sur les origines d’un désastre (presque) annoncé

Voir les 4 commentaires

  • ptiriso • 23/09/2009 - 17:35

    Tous les trente ans, la grippe devient une immense épidémie grave, comme celle de 1918-1919. On sait la gravité de la grippe par ses complications possibles, ce qui contraste avec les formes habituelles et bénignes de cette affection étrange, polymorphe, qui peut revêtir toutes les formes possibles : nerveuse, digestive, ou souvent respiratoire : laryngite, bronchite, congestion pulmonaire, broncho-pneumonie, pleurésie. 1919 + 30 = 1949 + 30 = 1979 + 30 = 2009 ! (D’après le docteur homéopathe Fortier-Bernoville)

    Répondre à ce message

  • le roseau • 23/09/2009 - 15:59

    Qui croire ? Sur internet on peut lire : cette pandémie prévue cet automne ds la deuxième vague la + meutrière jamais imaginée, est construite génétiquement pour ressembler au virus de la grippe espagnole et aurait été conspirée par les laboratoires pharmaceutiques BAXTER, avec la complicité de l(OMS. Donc, OMS et Baxter ne sont que des éléments d’une organisation criminelle beaucoup plus vaste, qui progresse d’une façon coordonnée et synchronisée pour exécuter la moitié de la population mondiale, tout en mettant en place un NOM.
    L’OMS dispose de toute l’autorité d’obliger tout le monde de se faire vacciner de force cet automne, d’imposer des quarantaines et de limiter les voyages.
    L’OMS fait bien partie de l’ONU ?

    Répondre à ce message

  • petite souris • 22/09/2009 - 21:34

    La "crise" n’engendre même plus cette mini-générosité à 10% !!!

    Bon, et bien lorsqu’"ils" auront "détruits" la moitié de la population mondiale, qui fera tourner les usines et les tracteurs qui ont été délocalisés ?

    La conscience de nos dirigeants n’existe donc vraiment plus.

    Répondre à ce message

  • parousnik • 22/09/2009 - 21:57

    Selon les chiffres officiels les grippes naturelles ont toujours plus tué dans les pays industrialisés que dans les pays emmergeants...Peut être a cause de la vaccination... Certes cette grippe Américaine dite porcine est issue de manipulation en laboratoire mais selon le chiffres officiels elle tue moins qu’une grippe saisonnière...d’ou la méfiance pour ces vaccins poisons...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

Don rapide