Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

La jeunesse espagnole prend les commandes et veut un Glass-Steagall !

La rédaction
visites
1586
commentaires

25 mai 2011 (Nouvelle Solidarité) – Le mouvement de révolte de la jeunesse espagnole est celui de centaines de milliers de jeunes frappés par la crise. S’ils exigent une véritable démocratie, c’est que comme les jeunes Tunisiens et Egyptiens, ils font face à l’incapacité de la classe politique à répondre à leurs aspirations. Mais les manifestants de la Puerta del Sol s’en prennent également à la puissance des intérêt financiers, dénonçant par des chants et des théâtres de rue la collusion entre Emilio Botín, pdg du géant bancaire Banco Santander, et le Premier ministre Zapatero.

Depuis le début du mouvement le 15 mai dernier, l’on voit fleurir les exigences pour une véritable démocratie économique, que de plus en plus de personnes regroupent sous la bannière Glass-Steagall, la loi adoptée par Franklin Roosevelt en 1933 afin de castrer Wall Street et dégager le terrain pour le New Deal.

Ainsi, le blog NuestraCaraB animé par des jeunes de Valence actifs dans le mouvement, écrit :

Pourquoi ne peuvent-ils pas concevoir une loi pour contraindre les banques ? En 1933, le Congrès américain adopta la loi Glass-Steagall, une mesure qui séparait les banques du marché boursier, afin de lutter contre la Grande Dépression. Le but était de dissocier de la spéculation les activités financières de ces établissements. (...)

Je ne sais pas quel impact cela aurait aujourd’hui ou même si cela aiderait à résoudre les problèmes, mais j’imagine qu’avec ce système, l’argent accordé aux banques par le gouvernement afin d’accroître la liquidité des Espagnols et encourager la consommation, aurait directement servi à cela plutôt que pour payer les dettes des banques. L’étude sur First National City Bank de 1970 (p. 40-2) explique que Glass-Steagall fut adopté pour mettre un frein aux abus spéculatifs des banques de détail. S’ils ont essayés d’arrêter cela au milieu du siècle dernier, pourquoi est-ce que ce ne pourrait pas être fait aujourd’hui ?

La spéculation s’est immiscée jusque dans le pain et l’eau de chaque jour. L’argent est devenu quelque chose que l’on peut gagner facilement sans avoir à travailler. J’ai rarement vu quelqu’un criminaliser cette pratique au point de la qualifier de crime contre l’humanité ; c’est pourquoi je termine cet article en vous renvoyant vers un long texte du vénézuelien Jaime Garcia Neumann qui vaut le coup d’être lu et qui s’intitule précisément La spéculation financière est un crime contre l’humanité .

Les manifestations de ces derniers jours ne sont pas qu’une assemblée de gens défilant dans la rue parce qu’ils sont anti-système et ne savent pas ce qu’ils veulent. Elles représentent l’avenir, elles sont nécessaires pour impulser un changement ; un changement qui existe et que nous devons exiger. Un changement qui a un prix, comme toute bonne chose.

De nombreux blogs ont également republié l’article du journaliste d’investigation Daniel Estulin qui avance Glass-Steagall comme stratégie pour le mouvement. Sur la blogosphère espagnole, l’on peut lire de nombreux billets où leurs jeunes auteurs en appellent à Glass-Steagall.

Sur le blog Lluvia de Napalm :

 Vous voulez des propositions ? Voici la meilleure et la plus urgente. Comment sortir de la crise, de l’escroquerie ? GLASS-STEAGALL !

Sur le blog Candiles de la Red :

Nous exigeons une régulation et une démocratie façon Glass-Steagall. 

Sur d’autres blogs :

En Islande, ils mettent les politiciens et les banquiers en prison ! On devrait faire pareil ici. Tout ça avec la loi Glass-Steagall. A l’attaque les gars !!! 

Il y a quelque chose d’extrêmement important qui passe inaperçu. Je veux parler de l’abrogation de la loi Glass-Steagall (…) Si cette loi est rétablie, l’on reviendrait à une séparation entre banques de détail et banques d’affaire, et les banques auraient à avaler toutes leurs pertes qu’elles ont reportées sur les Etats. En Europe, on a besoin d’une loi comme ça.


Lire aussi :


Voir les 7 commentaires

  • petite souris • 25/05/2011 - 22:41

    on voit fleurir les exigences pour une véritable démocratie économique, que de plus en plus de personnes regroupent sous la bannière Glass-Steagall

    Très intéressant en effet et très encourageant pour les autres peuples d’europe !!!

    Hallucinant le silence des médias français sur ce sujet !!!

    • Ouallonsnous ? • 27/05/2011 - 00:30

      "Hallucinant le silence des médias français sur ce sujet !!!"

      Oui, petite souris, le silence des médias est assourdissant et "l’herméticité" du terme "Glass Steagall" ne fait qu’amplifier si c’est possible ce silence !

      Il est temps que dans ses articles, S&P utilise une traduction simple en langue "vulguaire" compréhensible directement par le commun des lecteurs !!!

    • Bertrand Buisson • 27/05/2011 - 15:01

      Supposant que vous êtes une personne hors du "commun des lecteurs", puisque vous avez, vous, dû comprendre le terme et l’idée "Glass-Steagall", j’attends vos suggestions...

    • Ouallonsnous ? • 01/06/2011 - 00:12

      "hors du "commun des lecteurs", ", désigne l’immense majorité des gens qui n’assistent pas aux réunions, ou ne sont pas abonnés à S&P, il n’y a aucune prétention la dedans, cher Bertrand !

      Une suggestion ; plutôt que le vocable anglo-saxon "Glass-Steagall", utilisez les termes "loie sur la séparation des banques de dépot et d’épargne populaire des banques d’affaires spéculatives". Il est beaucoup plus pertinent pour des "non spécialistes financiers" de comprendre de quoi on leur parle. Et nous sommes en France, que diable !

      Malheureusement, l’écueil du "pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué" est beaucoup plus répandu, surtout en politique, que le bon sens !!!!

    • Bertrand Buisson • 01/06/2011 - 09:36

      Si je vous suis, le titre de la brève serait donc : "La jeunesse espagnole prend les commandes et veut une loi sur la séparation des banques de dépot et d’épargne populaire des banques d’affaires spéculatives"... c’est vrai qu’on est dans le plus simple là...

      De toute façon l’idée et les implications du "Glass-Steagall" vont bien au-delà de la séparation des activités. Je pense que 1- il ne faut pas réduire l’idée à 2D, et 2- que ceux qui savent enseignent à ceux qui ne savent pas !

    • Ouallonsnous ? • 01/06/2011 - 19:42

      OK Bertrand, je suis toute ouie à votre enseignement, mais ceux qui sont dans l’urgence de la défense de leurs moyens d’existence immédiats attendent un language clair et direct avec l’essentiel et le minimum pédagogique pour accéder à la connaissance et se sortir des problématiques qui les obligent à se mobiliser !

      Il est évident que la jeunesse espagnole, et pas seulement elle, veux des loies qui la protége des spéculateurs, ce qui est un prérequis pour le reste !!

    Répondre à ce message

  • Lamine • 28/05/2011 - 14:02

    Je pense que l’abolition des intérêts sur les opérations bancaires et la meilleure solution pour résoudre, entre autres, les problèmes économiques du monde. Un Glass-steagall n’est pas suffisant.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide