www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

La liquidation d’AIG ouvre la voie à la banqueroute organisée

La rédaction
2105 visites

19 mars 2009 (Nouvelle Solidarité) – Parce qu’ « on peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps [Abraham Lincoln] », un débat sur les malversations inhérentes au système financier international, actuellement en faillite, et sur la mise en règlement judiciaire de celui-ci est en train de s’ouvrir aux États-Unis.

AIG, la première société d’assurance du monde, qui n’a survécu jusqu’à maintenant à la crise que grâce aux 173 milliards de dollars injectés par l’Etat américain, en est le déclencheur.

Il faut dire que la presse américaine a révélé le weekend dernier que 90 milliards de l’argent du contribuable avaient été versée à d’autres banques, principalement européennes, dont la Société Générale (11,9 milliards) et BNP Paribas (4,9 milliards), et que l’assureur comptait payer 165 millions de dollars de bonus aux « experts financiers » à l’origine de la débâcle qu’AIG emploie à Londres. De plus, comme le notait le New York Times, mardi, 32 milliards de dollars n’apparaissent pas dans les relevés de compte de la banque et demandait « où sont-ils passés ? ».

Bref un scandale qui a révolté la population américaine et qui a obligé le gouvernement américain à annoncer, hier, qu’il allait mettre en place « des mesures pour liquider AIG de manière ordonnée et pour protéger le contribuable américain ».

La faillite d’AIG est due à son exposition aux CDS, CDO et autres dérivés, produits hautement spéculatifs, ayant contaminé l’ensemble du système financier international.

Le retournement qui est en train de s’opérer dans les institutions américaines, pourrait bien mener à la mise en place de la banqueroute organisée de l’ensemble du système que demande Lyndon LaRouche depuis plusieurs années maintenant. Et comme le notait Pierre-Yves Dugua, dans Le figaro du 17 mars : « La polémique déclenchée par AIG risque de donner du grain à moudre à ceux qui, au Congrès, réclament qu’une autre méthode soit adoptée pour résoudre la crise bancaire. Certains plaident en effet pour la mise en faillite ordonnée des institutions qui exigent chaque mois plus d’argent public pour survivre, mettant le seul contribuable à contribution pour les erreurs commises par le passé. Le débat pourrait peser sur le Congrès, au moment où l’on hésite à donner 22 milliards de plus pour sauver General Motors, Chrysler et la filière automobile américaine, qui représente au moins deux millions d’emplois. »


Creusez le sujet avec nos focus :

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet