Solidarité & progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race.

AccueilActualité
Brèves

La livre britannique prend le chemin des ruines d’Athènes

La rédaction
visites
2325
commentaires

19 février 2010 (Nouvelle Solidarité) – Une caricature dans Les Echos résume assez bien la situation actuelle. On y voit les colonnes brisées d’un temple grec en ruine, avec un panneau indiquant qu’il s’agit de… la Banque d’Angleterre. Lorsqu’un passant commente : « Ça fait ruines de l’Acropole », un banquier britannique, chapeau melon vissé sur la tête répond : « Yes, on s’en est inspiré ! Comme Byron ! ».

Définitivement, il n’y a pas que le chroniquer du Daily Telegraphe Ambrose Evan-Pritchard pour redouter que la crise de la zone euro, ne puisse par ricochet, en passant par l’Espagne, mettre à terre l’édifice de l’Empire britannique.

Ainsi, au lendemain du sommet de Bruxelles sur la crise de la zone euro, Sarkozy aurait, d’après Le Canard Enchaîné et dans un rare moment de lucidité, lâché ses réflexions. « Le problème grec n’est pas encore réglé. La situation de l’Espagne et du Portugal est inquiétante et celle des finances de l’Italie préoccupante. Il ne faudrait pas que tout s’effondre, parce que la crise de 29, ce serait de la rigolade à côté (…) Cette affaire est grave car elle révèle la volonté des banquiers et des spéculateurs anglo-saxons de se payer la zone euro. Des libéraux qui ne supportent pas la volonté des Européens de mieux réguler les marchés financiers. (…)La situation économique de la Grèce ne justifie pas à elle seule l’ampleur de la spéculation. S’il y a une monnaie qui aurait dû être attaquée, c’est la livre sterling, or l’économie de la Grande-Bretagne va mal, comme ses finances publiques ».

En effet, le gouvernement britannique, confronté à un forte baisse des recettes fiscales (-4,3 milliards de livres comparé à +5,3 milliards de livres il y a un an), a dû, pour la première fois depuis 1993, procéder à des emprunts en janvier, mois d’ordinaire riche en termes de recettes fiscales. Les rentrées d’impôts se sont tassées de 7,8% à 50,5 milliards. Du coup le déficit de la Grande-Bretagne, à 12,8% du PIB dépasserait celui de la Grèce (12,7%).

Comme conséquence, les taux sur les obligations d’Etat (les gilts) se sont immédiatement envolés de 17 points de base en une semaine, pour atteindre 4,10% en fin de journée hier (comparé à 4,05% pour l’Italie et 4,02% pour l’Espagne). Rappelons que depuis mai 2009, l’agence de notation Standard Poor’s avait émis une « perspective négative » sur la santé des finances publiques britanniques signifiant que Londres avait une chance sur trois de perdre sa note de crédit AAA, la meilleure possible.

Aujourd’hui, l’heure arrive de retirer le bouchon de la baignoire. L’acronyme PIIGS (Portugal, Ireland, Italy, Greece et Spain) désignant les pays du « Club Med », se retrouve de plus en plus remplacé par l’acronyme STUPID (Spain, Turkey, United Kingdom, Portugal, Italy et Dubaï) qui ne comprend plus la Grèce.

{}

« Depuis le début de la crise grecque, la demande d’information des investisseurs sur les fondamentaux de la dette d’Etat britannique et sur la livre est constante », explique un analyste de la banque Schroders. Il faut dire que des investisseurs, et non des moindres, viennent de lâcher la meute contre la livre.

« Vendez toutes les livres que vous avez : c’est terminé » affirmait tout simplement Jim Rogers, un des cofondateurs du Quantum Fund avec George Soros (avec lequel il s’est disputé depuis). Pour sa part, Bill Gross, le responsable des investissements du fonds de pension californien PIMCO, un des plus grands investisseurs du monde dans les dettes d’Etat, recommande d’éviter le Royaume-Uni, « ses bons du Trésor reposant sur un lit de nitroglycérine ». Ambiance.

Comme le disait Lyndon LaRouche récemment : une fois que les Britanniques auront lâché leur empire, leur Commonwealth et leur malthusianisme fascisant, on pourrait s’asseoir avec le peuple anglais à la même table et envisager sérieusement de reconstruire le monde.


Article : Le plan LaRouche pour relancer l’économie mondiale
Vidéo : Jacques Cheminade : c’est pas la Grèce, imbécile !


Voir les 7 commentaires

  • michel49 • 19/02/2010 - 15:17

    La vengeance d’Athena pour le vol des frises du Parthenon !

    • kingxvi • 19/02/2010 - 21:18

      Je suis plutôt d’accord avec noogernaire : le PEUPLE anglais n’est pas forcément complètement responsable de tout ce qu’il se passe, tout comme moi Français ne suis pas forcément responsable de l’envoie de troupes Française en Aghanistan, même si effectivement la majorité des français le sont puisque Sarkozy...

      Je veux juste pinailler un peu pour gratter plus d’information (j’ai beaucoup aimé l’article) : l’angleterre aurait un déficit budgétaire de 5 milliards... c’est annuel ou mensuel ? parce que si c’est annuel c’est pinuts, et si c’est mensuel, même ramené à 12 mois ça reste inférieure au déficit budgétaire de 116 milliards de la france en 2010... donc ya pas de quoi s’inquiéter pour les british.

      Merci.

    • millesime • 21/02/2010 - 16:08

      116 milliards en 2010 ...seulement ? vous n’y êtes pas mon cher...

    • kingxvi • 22/02/2010 - 02:51

      Woaw... millesime a raison :
      http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/economie/20100217.OBS7203/le_senat_a_adopte_le_budget_2010_revise.html

      On arrive à un record de 149 milliards d’euros de déficit budgétaire en 2010 !!!!! ........

      Quand on sait que les recettes sont de l’ordre de 250 milliards on se rend compte tout de suite que le crash financier de l’état français est pour bientôt...

    Répondre à ce message

  • petite souris • 20/02/2010 - 10:46

    Le tremblement de terre financier arrive !!!

    Malheureusement pour les peuples, c’est quand même une bonne nouvelle !!!

    Sarkozy lucide en privé ! whaou !!! et dans ses actes publics ?

    Répondre à ce message

  • Senec • 20/02/2010 - 10:32

    Pauvre peuple anglais complètement sacrifié par ses élites pourries ! Un pays du tiers-monde, voilà ce qu’est devenue l’Angleterre.

    Répondre à ce message

  • noogernaire • 19/02/2010 - 16:07

    " On pourrait s’assoir avec le PEUPLE anglais à la même table " bel exemple de compassion envers ce peuple qui est probablement un des plus malheureux depuis très longtemps. Cela permet de différencier la "City de la Bitch" et son peuple. Si un épistémologue s’y mettait, il pourrait démontrer que le sens de bien des écrits de Malthus, de Darwin et d’autres ont été déformés et abâtardis pour cautionner la City.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

La chronique du 20 octobre le monde
en devenir

Don rapide