Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

La partition de l’Indonésie, Rio Tinto Zinc et la reine Elisabeth

La rédaction
visites
1063

Le 12 octobre, le Premier ministre malaisien Mahathir bin Mohamed a accusé l’Occident d’oeuvrer à la désintégration de l’Indonésie : « Il est bien connu que l’Occident aimerait que l’Indonésie soit divisée en des pays plus petits (...). C’est ainsi que lorsque la crise monétaire a plongé l’Indonésie dans le chaos politique et économique et que Suharto a été renversé, l’Occident a saisi l’occasion pour diviser une fois de plus l’Indonésie. (...) Le principal bénéficiaire d’une Indonésie éclatée sera l’Australie. Il n’est pas surprenant que les forces australiennes se soient rendues les premières au Timor-Oriental (...). Cela pourrait devenir le Vietnam de l’Australie. »

L’île du Timor et la mer l’entourant possèdent d’importantes ressources énergétiques et minérales. Mais celles-ci ne représentent qu’une petite partie de la richesse minérale du vaste archipel indonésien. La plus grande compagnie minière dans la région est Rio Tinto Zinc, dont l’un des anciens directeurs, lord Simon de Highbury, est l’actuel ministre du Commerce et de l’Industrie du gouvernement Blair. Or ce gouvernement est, de son propre aveu, le principal parrain des groupes indépendantistes anti-indonésiens au Timor-Oriental et il défend avec le plus grand zèle une intervention militaire dans l’île.

Rio Tinto Zinc a confié des efforts de lobby à la société de consultants Prima, fondée par lord Holme et Roger Liddle, ce dernier étant l’un des plus influents « conseillers en communication » de Blair. Par-delà ses liens au gouvernement Blair, Rio Tinto est, selon l’hebdomadaire australien The Bulletin du 19 octobre, proche de la famille royale britannique. Dans un article intitulé « Les diamants sont pour ER » (Elisabeth Regina), ce magazine, qui appartient au magnat des médias australiens Kerry Packer, passe en revue les avoirs personnels de la famille royale britannique dans Rio Tinto. Celle-ci détient notamment des investissements dans diverses mines de diamants australiennes et l’Australie produit actuellement un tiers de la production mondiale de diamants.

Contactez-nous !