Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

La pauvreté s’étend en Argentine

La rédaction
visites
1277

A l’issue d’une réunion de deux jours avec les gouverneurs d’Etat, le président argentin Eduardo Duhalde a présenté le 18 novembre un accord en 12 points, entérinant presque toutes les exigences du FMI. Toutefois, compte tenu des conditions de misère et de malnutrition qui frappent le pays, cet accord n’a pas plus de chances d’être mis en œuvre qu’un autre programme similaire en 14 points, accepté en avril dernier.

Cet accord prévoit, entre autres, une réduction des dépenses de 50% cette année et de 60% l’année prochaine ainsi que l’élimination des réductions fiscales et autres avantages accordés aux PME-PMI par le gouvernement de la Rua, tout en précisant que le parlement renonce à adopter des lois reportant les saisies d’hypothèques. Le gouvernement a annoncé son intention d’adopter un décret autorisant une hausse des prix du gaz et de l’électricité, inférieure toutefois aux 30% réclamés par le FMI. Son directeur des Affaires extérieures, Thomas Dawson, a prévenu le 19 novembre que l’Argentine n’obtiendrait pas d’accord financier avant d’avoir satisfait à toutes les exigences du FMI.

Entre-temps, la situation sociale et sanitaire de la population s’est encore dégradée. Le 17 novembre, le secrétaire à la Santé de la province de Misiones a annoncé que 49 enfants étaient déjà morts de malnutrition cette année. Il impute ces décès à « la suspension des programmes d’aide du gouvernement national », notant que le président Duhalde et son prédécesseur de la Rua ont supprimé la distribution de lait aux pauvres. La mortalité infantile en Argentine est maintenant de 18,4 pour mille naissances, soit deux fois plus que dans les pays industrialisés. Ce niveau est également plus élevé qu’au Costa Rica, à Cuba, au Chili ou en Uruguay. Auparavant, personne ne souffrait de la faim en Argentine et chacun avait accès au système de soins médicaux le plus avancé d’Amérique latine.

Cette situation est à l’origine d’une intense bataille politique. A propos de cette mortalité infantile, Duhalde a même nié qu’il y ait un problème de faim et de sous-alimentation : « Je ne pense pas qu’il y ait un seul enfant qui manque de nourriture en Argentine ». Cependant, les agences gouvernementales estiment qu’un enfant argentin sur cinq souffre de malnutrition et que 70% des enfants naissent dans un foyer pauvre.

Par ailleurs, les salaires des travailleurs argentins, autrefois les plus élevés d’Amérique latine, sont maintenant les plus bas : ils atteignent en moyenne 230 dollars mensuels, soit 1,35 dollar de l’heure, moins qu’au Brésil et qu’au Mexique. Il y a un an, le salaire moyen d’un travailleur argentin était de 841 dollars par mois.

Contactez-nous !