Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

La politique étrangère de Bradley : rien de nouveau

La rédaction
visites
668

La « réunion informelle sur la politique étrangère » que Bill Bradley a eue avec des étudiants de l’université de Tufts a révélé que l’opposant au vice-président Al Gore et à Lyndon LaRouche pour l’investiture démocrate n’a rien de substantiel à dire sur le sujet. Il a bien montré qu’il ne contesterait pas la politique de « libre-échange » et de « mondialisation économique » qui constitue le pilier de la politique étrangère américaine depuis l’administration Reagan. Or ce sont ces axiomes-là qui sont à l’origine même des échecs de la politique étrangère du président Clinton.

Dans ses remarques préliminaires, Bradley a exprimé son admiration pour les stratégies de recherche et de planification de la multinationale anglo-hollandaise Shell. Celle-ci, selon lui, a prouvé qu’« il n’y avait qu’un modèle économique au monde, celui qui récompense une politique budgétaire prudente et les marchés ouverts ». Il a vivement soutenu le slogan politique de Shell « TINA » (There Is No Alternative), qui veut dire en français « il n’y a pas d’alternative », avant d’affirmer qu’avec le libéralisme et la « prudence budgétaire », « l’Amérique peut exceller ».

Après cette introduction, les formules de politique étrangère énoncées par Bradley sont devenues de plus en plus primaires. Il a rappelé comment il s’était battu il y a vingt-cinq ans pour la constitution de réserves pétrolières stratégiques aux Etats-Unis, tout en se gardant bien de mentionner la montée brutale des prix pétroliers mondiaux au cours des dernières semaines.

Autre exemple de ses « accomplissements » en politique étrangère : son rôle, il y a quinze ans, dans les négociations de l’Uruguay Round, dans le cadre du GATT. Pendant plus de douze ans, a-t-il déclaré, il s’est engagé dans une tâche herculéenne pour obtenir un accord sur le libre-échange global. Le GATT est le prédécesseur de l’Organisation mondiale du commerce, qui vient de tenir une conférence désastreuse à Seattle.

En évoquant les principales menaces pour les intérêts américains dans le monde, il a dénoncé - comme on pouvait s’y attendre - les « dictatures qui créent des troubles comme l’Irak », la « dangereuse situation dans la péninsule coréenne » et les « terroristes transnationaux ». La Chine n’a été citée qu’une seule fois dans ses remarques, et encore pour mention et non comme thème de politique étrangère.

La presse internationale a surtout relevé ses critiques envers la politique russe d’Al Gore. En fait, Bradley a surtout dénoncé le soutien accordé par l’administration Clinton au président russe Boris Eltsine et à ses proches conseillers, estimant que le gouvernement aurait dû s’efforcer de dialoguer avec le « peuple russe », d’insister davantage sur l’élimination des « armes stratégiques » et d’empêcher les scientifiques russes de s’expatrier vers des « Etats voyous ». Bien que critiquant le fait que les Etats-Unis soient devenus « les missionnaires d’un type particulier d’économie internationale », il n’a pas mentionné une seule fois le FMI ou la « thérapie de choc », et n’a aucunement défini ce qu’il entend par « type particulier d’économie internationale ». Bien que Bradley ait répondu en tout à sept questions, il a lui-même déclaré au début qu’il ne répondrait qu’à certaines questions et la transcription ne permet pas de savoir s’il en a refusées.

Contactez-nous !