www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

« La présidence létale de Barack Obama »

La rédaction
764 visites | 4 commentaires

12 juillet 2012 (Nouvelle Solidarité) – Sous le titre « La Présidence létale de Barack Obama », le magazine américain Esquire reprend dans son numéro d’août les accusations portées ces dernières semaines par le rapporteur spécial des Nations Unies, Christof Heyns, et l’ancien Président démocrate Jimmy Carter contre la politique d’assassinats ciblés par drone de Barack Obama. Extraits :

Le programme d’assassinats ciblés est un point de vue sur ce que la guerre pourrait être et ce qu’elle n’a jamais été. C’est une guerre d’individus plutôt que de troupes armées ; de renseignement plutôt que de force brute. C’est une guerre de précision technologique et de discrimination morale. C’est la guerre comme alternative à la guerre. Elle sauve plusieurs vies en n’en enlevant qu’une seule. Mais lorsque la guerre cesse d’être la guerre, est-ce qu’elle ne devient pas le meurtre ?

John Brennan [Conseiller antiterrorisme du Président Obama] présente chaque décision létale comme étant un symposium : « On discute, on débat, on a des désaccords ». Mais il y a eu des milliers de tués sur ordre direct du Président. Comment est-ce que chaque mort peut être le résultat d’un examen rigoureux s’il y en a eu autant ?

Les Etats-Unis ont envahi l’Irak en prétextant des preuves qui se sont avérées fausses, voire frauduleuses. Les Etats-Unis ont détenu « le pire des pires » à Guantanamo pendant des années avant d’en libérer 600 sans accusation, ce qui équivaut à admettre que leur détention fut une terrible erreur. La Présidence létale prend la décision de tuer sur la base de renseignements émanant des mêmes sources. Ces décisions sont sans appel et il n’y aura pas de libérés. Six cents hommes. Et si ils n’avaient pas été fait prisonniers ? Et si, sous les préceptes de la Présidence létale, ils avaient tout simplement été tués ?

Le Président nous a demandé de lui faire confiance pour utiliser ses pouvoirs létaux de manière responsable. Même si dans la plupart des cas nous n’avons aucune idée de qui nous tuons ni pourquoi, on nous a demandé d’avoir foi en le Président, l’administration et la « solide supervision » du Congrès. Mais l’automne dernier, l’administration a tué un garçon américain âgé de 16 ans sans devoir rendre de compte. Etait-ce une défaillance du système ou est-ce ainsi que le système est censé fonctionner ?

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Notre dossier éducation, en vente ici Au Yémen, on assassine les hommes et leur mémoire. La France complice. terrorisme / 11 septembre, les 28 pages qui démasquent... La mer, avenir de l’homme Présidentielle 2017
Le choix de la rédaction
Autres articles
Plus d'articles

Voir les 4 commentaires

Vos commentaires

  • Le 15 juillet 2012 à 19:39
    par Nemrod

    Bonsoir,
    cela fait longtemps que nous avons tous fait le constat que cette démocratie et en particulier les usa sont arrivés au bout d’eux m^mes.

    cette nation est bâtie sur le meurtre et le génocide des amérindiens, l’esclavage au prétexte que DIEU est pour....l’instauration de dictatures en Amérique du sud..la spoliation des peuples...partout sur la terre.

    Et maintenant, ils veulent mettre en place une dictature financière & électronique......bien sûr que les usa vont crever et avec eux leurs affidés argentés, les élus de "mamon". Mais les peuples sont si lâches, alors jusqu’à la conclusion des mondes , il y aura toujours une "amérique " quelconque.... ceux qui la dénoncent peut-être.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2012 à 09:56
    par michel49

    Vivement Vespasien !

    Pecunia non olet...

    Répondre à ce message

  • Le 12 juillet 2012 à 22:27
    par NAULLAY

    L’Amérique est sous la coupe de l’empereur Néron...il mettra aussi le feu à son pays.
    Comme le dictateur sanguinaire Romain, Obama s’arroge le droit de vie et de mort sur les "suspects de terrorisme" qui lui sont désignés par "ses collaborateurs".

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2012 à 01:19
    par petite souris

    C’est une guerre d’individus plutôt que de troupes armées C’est la guerre comme alternative à la guerre. Elle sauve plusieurs vies en n’en enlevant qu’une seule. Mais lorsque la guerre cesse d’être la guerre, est-ce qu’elle ne devient pas le meurtre ?

    Excellente définition de ce qu’il se passe !!!!

    Cette réalité n’a pas d’adjectif pour la préciser davantage !
    Elle dépasse l’imagination la plus perverse et malsaine ....

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet