www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

La presse allemande somme la City de Londres de dire adieu à la spéculation

La rédaction
1669 visites | 4 commentaires

24 mars 2009 (LPAC) — Après des décennies d’aveuglement idéologique, certains analystes finissent par donner raison (sans les mentionner) à Lyndon LaRouche et Jacques Cheminade qui ont toujours souligné le rôle prépondérant de la City de Londres comme cœur de ce système spéculatif.

Le débat éclate dans le cadre d’un bras de fer mondial sur la question des « paradis fiscaux » sur lesquelles Londres, tout en prétendant vouloir les réguler, compte bien continuer à tirer profit.

Après la chronique de Marc Roche, dans Le Monde du 18 mars, c’est au quotidien allemand Süddeutsche Zeitung de mettre quelques points sur les i : « Le déclin de l’Empire britannique a commencé avec la guerre d’indépendance américaine en 1775 » lance l’éditorial. « C’était le début d’un processus douloureux qui a conduit à la prise de conscience que l’Empire britannique n’est plus le centre du monde. Aujourd’hui, le déclin du capitalisme financier anglo-américain pourrait s’avérer plus rapide. Et ce processus risque d’être aussi traumatisant pour eux que pour ceux qui assistaient à l’effondrement d’un empire mondial. Un des axiomes considéré inébranlables jusqu’à ce jour, celui consistant à penser qu’il n’existe aucune limite à la spéculation sur l’argent et les produits financiers, commence à trembler sur ses fondements dans une des pires crises depuis des décennies. »

(…) « L’épicentre le plus important de cette perturbation en Europe est la place financière de Londres. Une métropole où se concentrent, bien plus qu’ailleurs sur le continent, la plus grande densité de banques, de hedge funds et de sociétés financières au bord du précipice ».

A partir du « big bang » de 1986, une orgie de dérégulation organisée à l’époque Thatcher, la City est devenu « un marché pour spéculateurs qui préféraient les primes aux vraies affaires. De ce point de vue, c’est logique que les autorités de surveillance soient conçues comme des entités superflues qui ne sont là que pour faire obstacle aux forces du marché ».

Bien que le gouvernement de Gordon Brown avance quelques textes pour légiférer, ces propositions « ratent le coche », car « elles ne traitent nullement du danger d’incendie qui menace depuis quelques années les cuisines toxiques des banques et des fonds spéculatifs. Il s’agit des dérivés de crédit, ces assurances compliquées supposées couvrir les défauts de paiement. »

(…) « La spéculation sur ces dérivés continue à tout va, en dépit des mise en garde formulées y compris par le gouvernement britannique lui-même. Dans les tours de verre de Canary Wharf siègent des spéculateurs qui parient sur la faillite d’Etats membres de la zone euro, tel la Grèce et l’Irlande. Cette menace à la zone euro pourrait devenir un test pour sa cohésion. C’est pour cela que c’est dans l’intérêt de l’Europe que la City dise au revoir à la spéculation. Ce qui est requis, c’est de réduire le secteur financier à une taille qui soit saine pour l’économie. Ce sujet sensible sera au cœur des discussions du sommet du G20, tout comme l’encadrement des paradis fiscaux », conclut l’éditorial.

Pour creuser le sujet : focus

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Notre dossier éducation, en vente ici Au Yémen, on assassine les hommes et leur mémoire. La France complice. terrorisme / 11 septembre, les 28 pages qui démasquent... La mer, avenir de l’homme Présidentielle 2017
Autres articles
Plus d'articles

Voir les 4 commentaires

Vos commentaires

  • Le 28 mars 2009 à 10:45
    par Senec

    L’Allemagne a suffisamment souffert depuis que l’abominable Churchill ait décidé de l’écraser au propre et au figuré, et ce pour toujours ! Il n’y eut point de justice dans ce comportement puisqu’on peut parler du fameux personnage comme d’un criminel de guerre avéré et d’un personnage démoniaque au lieu d’un héros de la guerre. C’est, du moins, une position assez bien défendue actuellement !
    Il est triste de constater que des fanfarons et des fous ont commandé l’Europe !

    Répondre à ce message

  • Le 28 mars 2009 à 10:28
    par Senec

    Simplement dit, les Anglais ont toujours eu un goût prononcé pour la piraterie et ont, de ce fait, souvent joué double jeu depuis que des pirates mandatés par la Reine s’attaquaient aux galions espagnols ! Etait-ce autre chose que du vol pur et simple ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2009 à 10:09
    par michel49

    Je ne suis pas d’accord avec le Suddeutsche Zeitung : le declin de l’empire brittannique n’a commencé qu’en 1945 "grâce" à W.Churchill qui, en lançant son pays dans la guerre contre l’Allemagne, a provoqué la perte de la plupart des colonies.
    A la fin du 18° siecle, la puissance de l’empire brittanique representait à peine la moitié de la puissance de la France, alors premiere puissance européenne.
    C’est apres Waterloo qu’a commencé l’expansion britannique sur l’affaiblissement de la France, son seul rival.
    Source : biographie de W.Pitt par J.Chastenet

    Répondre à ce message

  • Le 24 mars 2009 à 20:16
    par bernard01

    meme si on ne cite pas LAROUCHE ou CHEMINADE,il est grand temps que quelqu’un se réveille et que cela soit repris en boucle a travers le monde.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet