Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

La réalité du danger de guerre avec l’Iran

La rédaction
visites
1242

Dès le 27 juillet, dans un communiqué intitulé « Les canons d’août de Cheney », Lyndon LaRouche a mis en garde contre les plans d’attaque militaire visant l’Iran échafaudés par le gouvernement Bush-Cheney, en cas de nouvel attentat terroriste contre les Etats-Unis. A l’époque, les réponses en Europe furent plutôt timides, on voulait bien admettre la perspective d’une grave crise diplomatique, mais pas d’une guerre. Depuis, suite à la diffusion à grande échelle du communiqué de LaRouche, les Européens ont mieux compris la mentalité de « Dr Folamour » de Cheney et Bush qui, face aux crises économique, financière et politique, se retrouvent le dos au mur. Plusieurs médias internationaux ont repris les grandes lignes de ce communiqué (sans toutefois en mentionner l’auteur), notamment le quotidien Frankfurter Rundschau, le magazine Spiegel, Le Canard enchaîné et de nombreux organes de langue arabe.

LaRouche lui-même a accordé six interviews sur ce thème à des stations de radio américaines et britanniques. Comme il l’a fait remarquer le 12 août, « ils [Bush et Cheney] sont déterminés à faire la guerre, une guerre aérienne. Ils comptent envoyer des missiles ou effectuer des raids contre un nombre important de cibles en Iran. Ils s’efforcent maintenant d’en créer le prétexte, en collaboration avec le Premier ministre britannique Tony Blair, tout comme Cheney et Blair se sont concertés pour lancer la guerre d’Irak. »

Quant aux conséquences possibles d’une telle attaque, LaRouche a rappelé ce qui se passe en Afghanistan et en Irak, où la situation s’est aggravée depuis la guerre. « Nous avons déclenché une réaction, qu’on appelle "guerre irrégulière" ou "guerre asymétrique". Dans le monde, des populations se révoltent et « organisent différents types de résistance, de terrorisme ou de lutte armée contre les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, mais surtout les Etats-Unis ».

Un expert militaire européen nous a suggéré que le grand problème pour les analystes européens, même les plus compétents, est leur tendance à « supposer que Bush, Cheney et les néo-conservateurs au pouvoir à Washington pensent et agissent rationnellement lorsqu’il s’agit de guerre et de paix, qu’ils réfléchissent aux conséquences de leurs décisions ». Pour ces analystes, le déploiement d’armes nucléaires est encore du domaine de l’« impensable ». Or, dans tous les cas de figure, une attaque contre l’Iran ne suivrait pas le même modus operandi que celle contre l’Irak.

Pour obtenir une telle intervention, selon cette source, il faudrait vaincre la forte opposition au sein de la communauté de défense et de renseignement américaine, par exemple suite à un grave attentat. Elle prend donc très au sérieux l’avertissement de LaRouche sur la possibilité d’attaque terroriste contre des installations militaires. A son avis, « une attaque préemptive contre l’Iran signifierait la fin du monde tel que nous l’avons connu ».

Contactez-nous !