www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Glass-Steagall

La séparation des banques, préalable absolu à l’Union bancaire !

La rédaction
748 visites | 1 commentaire

21 juin 2012 (Nouvelle Solidarité) – Un ancien banquier nous a confié cette semaine que le projet actuel en vue d’une « Union bancaire » sous l’égide de la Banque centrale européenne (BCE), proposition initialement mise sur la table par Mario Draghi puis défendue par Mario Monti et François Hollande, est irrecevable à l’état actuel.

Un des avantages supposés de ce projet serait de réduire l’éventualité de retraits massifs de liquidités en cas de panique bancaire (bankrun), en étendant la garantie des dépôts bancaires, actuellement assurée par chaque Etat, à l’ensemble de l’Union européenne.

Seulement, confiait notre intermédiaire, imaginons le cas hypothétique d’un trader d’une grande « banque universelle » étrangère du type Royal Bank of Scotland (RBS), UBS ou Commerzbank, provoquant des pertes énormes sur dérivés de crédit. Dans ce cas, serait-il vraiment acceptable que l’argent des contribuables français aille secourir une banque plombée par des pertes de jeu ?

Si nos dirigeants veulent réellement s’engager dans un tel schéma en évitant cet effet pervers, il ne leur reste qu’une seule solution : celui d’imposer une séparation bancaire du type Glass-Steagall à toutes les banques européennes.

Rappelez-vous, disait notre banquier : aux Etats-Unis, la Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC, Agence fédérale américaine chargée de garantir les dépôts bancaires faits aux Etats-Unis), a été créée par la même loi bancaire de 1933 (Banking Act connue sous le nom de Glass-Steagall Act), qui instaurait la séparation entre banques de dépôts utiles d’une part et banque d’affaires spéculatives d’autre part !

La logique de cette loi était limpide : l’Etat américain, pour rétablir la confiance dans les banques et empêcher des bankruns, s’engageait à garantir les dépôts bancaires des citoyens. Soit. Mais en échange de cet engagement, l’Etat américain (Franklin Roosevelt) exigeait que l’on sépare les banques. Ajoutons à cela que pendant très longtemps, les banques américaines ne pouvaient opérer que dans un seul Etat, ce qui limitait de plus leur taille.

Pourquoi en serait-il donc autrement aujourd’hui en Europe ?

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Pages spéciales
Contre le garrot de la dette, rejoignons la résistance grecque !

Soutenons la résistance de la Grèce face aux puissances de chantage du fascisme financier. Il est temps de bâtir un monde sans la City ni Wall Street.

En savoir plus
Le choix de la rédaction
Autres articles
Plus d'articles

Voir le commentaire

Vos commentaires

  • Le 21 juin 2012 à 22:04
    par petite souris

    Le projet actuel en vue d’une « Union bancaire » sous l’égide de la Banque centrale européenne (BCE), est irrecevable en l’état actuel.

    Voilà une bonne nouvelle !

    Pourquoi alors nozélites ne veulent-ils pas d’un Glass-Steagall act puisqu’ils ne peuvent "sauver" les banques qui ont joué et perdu avec l’argent des peuples ???

    C’est simple et logique !

    Je crains donc que nos dirigeants soient de la génération shadocks et aient conserver leur devise :
    pourquoi faire simple lorsqu’on peut faire compliqué ...............

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet