Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

La « stratégie de la tension » frappe la Russie

La rédaction
visites
1169

Les attentats à la bombe des 9 et 13 septembre à Moscou qui ont fait plus de 200 morts, combinés à ce qui est devenu une guerre d’usure dans le Caucase, pourraient servir de prétexte à la mise en place en Russie d’un régime dictatorial de fait ou institutionnalisé. Ces deux attentats succédaient à celui perpétré le 31 août dans le centre commercial de la place du Manège à Moscou et à celui du 4 septembre contre des casernes à Buinaksk, au Daghestan. Cette série d’attentats est caractéristique d’une « stratégie de la tension ».

La dictature en gestation pourrait prendre la forme d’un état d’urgence proclamé par le président Eltsine et le premier ministre Vladimir Poutine, en vertu duquel le processus électoral serait avorté. L’annulation des élections législatives et présidentielles, programmées pour le 19 décembre 1999 et juin 2000, aurait pour but de neutraliser l’ancien Premier ministre Evgueni Primakov et le maire de Moscou Iouri Loujkov, les vainqueurs probables d’élections loyalement organisés.

Suivant une autre option, la stratégie de la tension, avec les mesures d’Etat policier qu’elle implique, pourrait favoriser la création d’une dictature post-Eltsine sur le modèle Pinochet, en coopération avec les intérêts oligarchiques occidentaux qui promeuvent cette solution depuis un certain temps. Dans cette optique, en pleine vague de terreur à Moscou, le gouverneur de Krasnoïarsk, l’ancien général Alexandre Lebed, a officiellement annoncé sa candidature à l’élection présidentielle en 2000. Lebed s’est déclaré le « de Gaulle » russe car, selon lui, la Russie ne pourrait être « sauvée » que par un « général » à poigne.

Quant aux attentats de Moscou, ils sont directement liés à l’escalade de la guerre dans le Caucase. Les deux suspects arrêtés pour le premier attentat sont de nationalité tchétchène, ce qui renforce les appels à un état d’urgence ainsi qu’à une escalade de la guerre contre la Tchétchénie. Lors d’une réunion à Moscou avec des dirigeants musulmans du Nord-Caucase, le 10 septembre, Poutine a déclaré : « Les événements actuels au Daghestan menacent non seulement cette république et le Nord-Caucase, mais aussi l’ensemble de la Fédération russe. » Le 7 septembre, il avait aussi déclaré à la télévision russe : « Tous nos efforts visant à régulariser nos relations avec la Tchétchénie (...) ont été vains. C’est le cas surtout parce que les dirigeants tchétchènes ne contrôlent pas la situation dans la république. » Le week-end des 11 et 12 septembre, le président tchétchène Aslan Maskadov a proclamé une mobilisation nationale, augmentant le danger que la guerre au Daghestan ne se propage en Tchétchénie

Contactez-nous !