Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

La supercherie du dossier britannique sur l’Irak

La rédaction
visites
684

Le parti de la guerre à Washington et Londres a subi un revers significatif suite aux révélations sur le frauduleux « dossier contre l’Irak » publié par le gouvernement Blair. C’est ce dossier que Colin Powell a qualifié, dans son discours du 5 février, d’« excellent document » qui « décrit avec des détails impressionnants les activités malhonnêtes de l’Irak ».

Or il s’avère que le document en question reprend de larges extraits d’un mémoire rédigé l’année dernière par un universitaire américain d’origine irakienne, Ibrahim al-Marashi, qui se basait sur des informations datant d’il y a 12 ans ! Downing Street a littéralement plagié le document, prétendant de surcroît qu’il avait été produit par ses services de renseignement. De plus, ce même document était paru dans une publication israélienne obscure, Middle East Review of International Affairs, appartenant à un certain Barry Rubin, l’un des faucons les plus virulents de Washington. Les grands médias internationaux n’ont pas manqué de couvrir le scandale.

C’est en Grande-Bretagne que les répercussions sont les plus immédiates. Les spécialistes militaires et du renseignement sont furieux contre Tony Blair et son « équipe de propagande » de Downing Street, dirigée par Alastair Campbell. Même avant cette dernière affaire, certains éléments des services de renseignement britanniques laissaient filtrer dans la presse des informations démentant les affirmations du président Bush, de Powell et de Blair, sur les liens entre le régime irakien et Al-Qaida.

Au-delà de ce milieu professionnel, ce scandale renforce énormément l’opposition à la guerre dans la population britannique, et surtout dans le Parti travailliste. Le 15 février, on attend entre 500 000 et 1 million de Britanniques aux manifestations contre la guerre.

En Amérique, les répercussions sont encore plus grandes, étant donné que le discours de Powell était destiné à « gagner le cœur et l’esprit » d’une population fort peu enthousiaste à l’idée de la guerre. Les médias de l’establishment, ainsi que les milieux militaires et du renseignement, sont fort mécontents du discours de Powell. Ce sentiment est attisé par la distribution massive d’une déclaration de LaRouche intitulée « Powell, victime évidente d’une supercherie », qui affirme que ce fiasco a détruit toute crédibilité américaine. LaRouche invite ses concurrents à l’investiture présidentielle démocrate à commenter cette déplorable affaire et à cesser de soutenir la guerre.

Contactez-nous !