Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

La « troisième voie et la nouvelle économie » selon Schröder

La rédaction
visites
684
commentaire

En revenant du sommet de l’UE à Lisbonne, le chancelier Schröder s’est rendu en Angleterre. Après des entretiens privés avec Tony Blair aux Checquers, il a participé les 25 et 26 mars à la 50ème conférence de l’Anglo-German Society à Oxford. Pour Schröder, « les relations anglo-allemandes n’ont jamais été aussi bonnes ». Il pense sans doute que l’affaire Vodafone-Mannesmann, le conflit Rover-BMW, l’obstruction britannique à la taxe sur les plus-values, les attaques dans la presse anglaise contre les « Huns » et autres, ne sont que des incidents secondaires.

A Oxford, Schröder a réitéré son soutien à l’idéologie de la « troisième voie » de Blair. Reconnaissant que son soutien public à la « troisième voie » en juin 1999 lui avait valu les attaques de la majorité du SPD, il n’a jamais failli dans son soutien à cette idéologie, a-t-il rappelé.

Le temps semble loin où Schröder affirmait, en novembre 1999, que les relations franco-allemandes étaient irremplaçables et une priorité pour lui, comme pour les gouvernements précédents. Par la suite, il a été fortement attaqué par l’establishment et les médias britanniques pour son soutien aux « socialistes français », son intervention pour sauver Philipp Holzmann et ses critiques sévères contre la politique européenne de Blair.

De retour en Allemagne, le chancelier a déclaré à Wolfsburg son soutien à la « société d’intéressement ». Autrement dit, au lieu de hausses de salaire, les employés recevront des « stock options » de la société qui les emploie et les syndicats devront quant à eux refocaliser les négociations salariales sur les fonds de pension. Ainsi, le gouvernement rouge-vert prépare une loi prévoyant la « privatisation » d’une partie du système de retraites, les retraités devant recevoir une pension minime et la compléter avec les plus-values de leurs portefeuilles d’actions. La presse britannique a tout de suite compris le sens du message de Schröder. « Schröder emprunte à Blair pour défendre les projets d’intéressement des travailleurs », écrivait le Daily Telegraph du 30 mars, ajoutant que « ce plan, qui fait écho à la volonté de Blair de créer une économie de stakeholders (partenaires financiers), (...) va aussi marginaliser les syndicats et (...) créer une culture syndicale plus moderne. » Jusqu’ici, curieusement, le mouvement syndical allemand n’a pas protesté.

Contactez-nous !

Don rapide