Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

La vieille garde du Parti démocrate se tourne contre Obama

La rédaction
visites
677

3 juillet 2012 (Nouvelle Solidarité) – La tribune de l’ancien président démocrate Jimmy Carter dans le New York Times la semaine dernière, où il s’en est pris à Barack Obama pour ses violations répétées du droit international et des droits de l’Homme, n’a pas fini de créer des remous.

Selon une source du Comité d’action politique de Lyndon LaRouche (LaRouchePAC) au sein de l’appareil du parti, cette tribune ne reflète pas seulement les vues de son auteur, mais est l’initiative de tout un groupe d’anciens dirigeants démocrates exaspérés par l’actuel Président et lucides sur ses dérives militaires et sécuritaires.

Si Obama n’est pas dénoncé nommément, l’article a néanmoins fait l’effet d’une bombe à Washington en marquant bien la rupture entre la vieille garde démocrate et la Présidence Obama.

« Le groupe qui a encouragé le Président Carter à écrire cette tribune est composé de septuagénaires et d’octogénaires ; ils sont profondément fâchés contre Obama et il sera bientôt très clair que Carter ne parlait pas que pour lui-même », a expliqué cette source.

Rappelons que 17 députés démocrates ont refusé la semaine dernière de couvrir les exactions d’Obama et de son ministre de la justice dans l’affaire « Fast and Furious », que de nombreux délégués démocrates ont déclaré qu’ils ne se rendraient pas à la convention démocrate devant consacrer Obama, et que la Présidence est plus que jamais aux prises avec quelques 70 députés démocrates qui se battent pour rétablir la loi Glass-Steagall contre Wall Street.

La veille de la publication de la tribune de Carter, Lyndon LaRouche s’était dit très optimiste sur la réalité d’une détermination institutionnelle à évincer Obama, après que le Président ait invoqué le « privilège exécutif » pour empêcher la publication de documents officiels sur l’affaire Fast and Furious . Toutefois, avait-il ajouté, il faut que cette éviction aboutisse avant la convention démocrate consacrant le candidat du parti, sans quoi le risque sera d’avoir à choisir entre deux candidats tout aussi pires l’un que l’autre : Barack Obama et Mitt Romney.

Contactez-nous !