Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

La zone euro entre dans sa phase terminale

La rédaction
visites
2419
commentaires

5 juin 2010 (Nouvelle Solidarité) – Le marché des obligations souveraines européennes devient de plus en plus illiquide. Certains analystes pensent que l’interdiction allemande des ventes à découvert à nu est en train de provoquer une paralysie du marché secondaire (là où la dette souveraine s’échange entre établissements financiers), bien que la BCE y ait injecté quelque 35 milliards d’euros ces dernières semaines. Cette paralysie entraînerait à son tour un risque pour les émissions obligataires des Etats.

Pour que les émissions obligataires se fassent, explique le quotidien spécialisé Milano Finanza citant un responsable du Trésor italien, « il est indispensable que le second marché soit suffisamment liquide ; et les market makers ne peuvent rendre les marchés efficients que s’ils peuvent acheter des obligations lors des émissions et les revendre sur le marché secondaire, assurant ainsi la cotation quotidienne des actifs et permettant aux autres opérateurs de connaître à tout moment les conditions d’achat et de vente. » En gros, les banques qui achètent de la dette souveraine la jettent aussitôt en pâture aux hyènes de la finance, mais si ces hyènes sont constipées, les market makers n’oseront plus acheter au marché primaire.

Mais l’histoire ne dit pas s’il s’agit de la cause véritable ou si les délestages d’obligations d’Etat par les banques en manque de liquidités suffisent à créer cette paralysie. Selon le quotidien économique italien Il Sole 24 Ore, les banques ont réduit leurs investissements dans la dette souveraine et préfèrent déposer leur argent à la BCE contre rémunération, signe de défiance. Les dépôts à 24h ont ainsi atteint cette semaine un record de 320 milliards d’euros, bien plus que lors de la crise du marché interbancaire en 2008. Par peur des dégradations de note souveraine comme vient d’en subir l’Espagne, les banques se débarrassent d’ores et déjà des obligations émises par les pays européens du sud, comme par exemple Ageas (ex-Fortis) qui en a lâché pour 4,8 milliards en Mai.

Dans le même temps, c’est l’Italie qui est désormais l’objet de toutes les spéculations. Plusieurs grandes banques auraient déjà commencé à vendre leur portefeuille d’obligations italiennes et les spreads sur ces actifs (qui mesurent le risque) ont atteint un niveau jamais vu depuis 13 ans, à 1,62, presque autant que pour l’Espagne. Jeudi, le Wall Street Journal publiait une tribune intitulée « L’Italie semble être la prochaine cible dans l’eurozone ». Cette année, l’Italie doit refinancer sa dette à hauteur de 251,5 milliards d’euros et beaucoup à Rome parlent d’une explosion en novembre.


Notre politique :


Voir les 3 commentaires

  • Saint Just • 06/06/2010 - 17:28

    Répondre à ce message

  • Saint Just • 06/06/2010 - 12:32

    Exemple un dark pool nommé turquoise est un système multilatéral de négociation (SMN), c’est-à-dire un marché boursier alternatif, lancé le 22 septembre 2008 en Europe afin de concurrencer les bourses historiques.

    Turquoise a été créé par une dizaine des plus grandes banques de marché internationales (BNP Paribas, Citigroup, Credit Suisse, Deutsche Bank, Goldman Sachs, Merrill Lynch, Morgan Stanley, Société générale et UBS).

    Le SMN Turquoise est principalement basé à Londres.

    Dès son lancement en 2008, Turquoise a proposé une offre de dark pool (plateforme de négociation permettant à ses clients de rester anonymes), qui fut la première en Europe
    Sources = Wikipédia

    Répondre à ce message

  • zimir • 05/06/2010 - 18:33

    L’explosion des « dark pools ».
    Marchés de l’ombre dites bourses noires.
    X achète sur le marché public = le cours monte et revend sur le marché secondaire = plus-value parce que l’écart au moment de la revente est celui de l’achat.
    L’avantage est d’éviter les écarts de cours.
    C’est ça qu’elle dit la dame en gros la réalisation de la plus-value sur les bourses noires.
    Alors comment acheter sur le premier marché puisque sur le second n’a pas de liquidité ?
    La chaine de PONZI est stoppée BADABOUMMMM !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide