Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

La zone euro est irrenflouable !

La rédaction
visites
2266

29 avril 2010 (Nouvelle Solidarité) – Après la Grèce et le Portugal en début de semaine, c’est maintenant l’Espagne qui voit la notation de sa dette dégradée par l’agence Standard & Poors. Les analystes craignent désormais que ce soit au tour de l’Italie d’entrer dans cette spirale. Résultat pour tous ces pays, l’endettement auprès des marchés, nécessaire à leur survie immédiate, devient de plus en plus cher. Mais ces pays, et tous les autres, sont en faillite ; d’une part à cause de l’usure financière appliquée par des marchés tout puissants, et d’autre part parce que ils n’ont aucune perspective de développement économique réel. C’est un véritable effondrement en chaîne de l’économie mondiale qui est en marche.

« L’ensemble des dettes contractées par ces pays auprès des banques privées est de l’ordre des 1000 milliards de dollars, a expliqué l’économiste américain Lyndon LaRouche. Si l’on ajoute la masse insensée de produits dérivés qui s’est empilée sur ce véritable sable mouvant – à la façon Goldman Sachs –, l’on atteint les 250 000 milliards ou plus. C’est totalement irrenflouable. Il faut absolument sauver les passagers plutôt que d’essayer de renflouer le Titanic, en espérant qu’il y ait assez de chaloupes pour cela. »

Alors on voit fleurir dans les médias et chez les experts anglophones des propositions pour mettre en œuvre un plan TARP géant, en référence au Trouble Asset Relief Program (Programme de sauvetage des actifs en péril) [*] mis en place fin 2008 pour renflouer Wall Street. Après avoir repris l’évaluation d’un analyste de Barclays Capital, le New York Times explique que « de plus en plus d’investisseurs pensent qu’il est nécessaire d’annoncer des chiffres mirobolants comme l’a fait l’administration Bush avec ses 700 milliards de dollars pour sauver les institutions financières américaines au pire de la crise ». Dans la chorale on entend aussi Bloomberg.com : « L’Europe pourrait avoir besoin de lancer un plan équivalent aux 700 milliards de dollars du TARP injectés après l’effondrement de Lehman Brothers ».

Maintenant le choix est clair pour les peuples : soit se battre pour une mise en faillite organisée des établissements financiers et le rétablissement d’une création monétaire publique, soit finir comme le décrie hystériquement Angel Gurria, le secrétaire général de l’OCDE [**] : « On ne parle plus du danger de contagion. La contagion a déjà eu lieu. C’est comme pour le virus Ebola : lorsque vous réaliser que vous l’avez, il ne vous reste plus qu’à vous couper la jambe pour survivre. »


Notre politique : Pour une Europe des patries et des projets


[*A quand un Programme de sauvetage des peuples en péril ?

[**Organisation de coopération et de développement économiques

Contactez-nous !