Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

LaRouche : « Les gouvernements se désintègrent »

La rédaction
visites
959

Dans un document daté du 20 mai, Lyndon LaRouche voit dans la déconfiture grandissante des gouvernements des grands pays du monde, dont la Grande-Bretagne, la France et les Etats-Unis, un « reflet de la désintégration en cours du système monétaire et financier international sous sa forme actuelle ». A propos de la crise de ces dernières semaines sur les marchés financiers, LaRouche estime que ce n’est pas le départ du président de la Réserve fédérale Alan Greenspan qui a provoqué la crise, mais l’« impressionnante manifestation d’incompétence et de manque de sang-froid dont fait preuve le successeur de Greenspan, Ben Bernanke », qui entraîna une frénésie spéculative sur les matières premières.

« Face au krach imminent, les grands spéculateurs ont réagi en accélérant la ruée sur les matières premières de base, comme le pétrole et les métaux précieux et industriels, afin de les stocker. L’intention qui sous-tend cette spéculation hyperinflationniste est la présomption selon laquelle, lorsque la plupart des monnaies se seront évaporées, comme le Reichsmark dans l’Allemagne de 1923, ceux qui détiendront l’approvisionnement en matières premières contrôleront le monde.

« A l’heure actuelle, le monde est pris de panique. Jusqu’à présent, cela tendait à se manifester par des menaces d’hyperinflation, entrecoupées d’accès soudains d’effondrement généralisé. Le problème n’est pas que les gens et les pouvoirs en question aient perdu confiance dans le système. La situation est bien pire. C’est le système qui n’a plus confiance dans les individus et dans leurs récents choix de gouvernements. Ce type de situation a souvent constitué la menace interne la plus mortelle pour toute civilisation. Dans ces conditions, le fait de ne pas remplacer un gouvernement incompétent par une forme moralement compétente de gouvernement mène à une situation aussi terrible que celle que connut l’Europe lors de la montée et du règne des tyrannies soutenues par des intérêts financiers, de 1922 à 1945. (...) »

Contactez-nous !