Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

LaRouche : comment sortir du désastre irakien

La rédaction
visites
654
commentaire

Face à une résistance qui s’intensifie et tourne au désastre pour les Etats-Unis et pour le monde, le rôle personnel que peut jouer Lyndon LaRouche est incontournable pour adopter une « stratégie de sortie » viable. C’est le message qu’a fait passer le candidat présidentiel démocrate alors qu’on l’interrogeait à la mi-avril sur la crise actuelle.

En effet, LaRouche est la seule personnalité politique aux Etats-Unis qui ose exiger l’annonce immédiate du retrait des soldats américains comme condition sine qua non pour rétablir la stabilité. Le 28 novembre 2003, il avait déclaré : « Le Président des Etats-Unis doit déclarer son intention de cesser l’occupation militaire américaine du pays dans les plus brefs délais, de notifier au Conseil de sécurité des Nations unies son intention de rouvrir la question du rétablissement imminent de la souveraineté irakienne et de solliciter l’aide du Conseil de sécurité pour parvenir à cette situation . »

Cette déclaration s’inscrit de façon cohérente dans le plan de paix global qu’il propose depuis avril 1975 pour l’ensemble du Moyen-Orient. Il vient de réaffirmer que tout projet de paix doit se baser sur le modèle du traité de Westphalie de 1648, appelant chaque nation à défendre « l’avantage de l’autre », ainsi que sur une perspective de développement économique pour l’ensemble de la région.

Actuellement, dit LaRouche, « les troupes américaines et leur commandement se trouvent dans une situation comparable, pour eux, à celle des forces américaines au Vietnam pendant et après l’offensive du Têt ; elle rappelle davantage encore, comme d’autres l’ont fait remarquer, la guerre d’Algérie à l’époque de Jacques Soustelle. Les forces engagées dans les combats sur le terrain sont tellement aux prises avec leur situation immédiate qu’il leur est extrêmement difficile d’avoir une vue d’ensemble . »

Les problèmes immédiats en Irak sont aggravés par le fait que les décideurs politiques aux Etats-Unis et en Europe ne veulent pas reconnaître l’ampleur de la désintégration du système financier et monétaire international. Selon LaRouche, la crise au Moyen-Orient, y compris en Irak, ne peut être résolue sur le terrain. Elle ne sera résolue qu’avec un changement révolutionnaire de paradigme à Washington, rompant avec la politique de guerre préemptive perpétuelle du groupe de Cheney dans l’administration Bush. Ceci est plus vrai que jamais depuis la déclaration du président Bush et du Premier ministre israélien Ariel Sharon, le 14 avril, qui représente une violation flagrante des accords internationaux sur les questions israélo-palestiniennes.

LaRouche a proposé un débat sur cette question avec l’autre candidat présidentiel démocrate, le sénateur John Kerry, pour ouvrir immédiatement le débat nécessaire sur les changements politiques à opérer. Bien que Kerry n’ait pas répondu directement, il a publié un commentaire dans le Washington Post du 13 avril, « Une stratégie pour l’Irak », dans lequel il soutient pour l’essentiel la politique catastrophique de Bush. Bien que mentionnant la nécessité d’un « objectif politique », Kerry écrit : « Si nos chefs militaires demandent plus de troupes, nous devons les déployer », et de plaider pour un soutien international au déploiement de troupes au sol. La stratégie politique de Kerry se réduit à soutenir toute proposition que pourrait faire l’envoyé de l’ONU, Brahimi, et à faire de l’ONU « un partenaire à part entière, responsable de réaliser la transition vers une nouvelle constitution et un nouveau gouvernement ».

La pire proposition faite par Kerry concerne le rôle de l’OTAN : « Nous devrions pousser l’OTAN à lancer une nouvelle opération hors zone pour l’Irak sous la direction d’un officier américain. » Si l’ONU doit être le « premier partenaire civil », « la responsabilité première pour la sécurité doit rester à l’armée américaine, aidée de préférence par l’OTAN . »

Contactez-nous !

Don rapide