Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

LaRouche : enfin la décision est prise de pousser Obama vers la sortie

La rédaction
visites
1712

25 juin 2012 (Nouvelle Solidarité) – Lors d’une discussion informelle avec des collaborateurs, l’économiste américain Lyndon LaRouche, de loin le premier à avoir dénoncé le syndrome narcissique conduisant Obama aux pires excès, a estimé que ce qui motive les multiples affaires s’amoncelant sur l’administration actuelle n’est pas tel ou tel élément associé à l’un de ces scandales en particulier mais le fait que le peuple américain, ainsi que bon nombre d’institutions, ont décidé que la coupe était pleine et qu’Obama devait dégager le bureau ovale au plus vite !

C’est dans le contexte d’une crise économique hors contrôle et de l’ineptie de cette administration qu’il faut évaluer ces scandales, en particulier trois d’entre eux qui vont s’abattre simultanément sur lui dans le courant de la semaine.

  • Le premier est celui de la vente d’armes aux cartels mexicains de la drogue dans le cadre de l’opération surnommée Fast & Furious, pour laquelle le Congrès doit voter dans les jours à venir pour déclarer le ministre de la Justice Eric Holder « coupable d’outrage au Congrès ». Et puisque Holder a fait savoir que le Président Obama avait accepté de se prévaloir de son « privilège exécutif » pour le couvrir, la nomination d’un procureur indépendant pourrait s’ensuivre très rapidement, avec une procédure de destitution à la clé qui risque de mettre en cause la candidature d’Obama comme candidat présidentiel lors de la convention du Parti démocrate début septembre.
  • Autre pavé dans la mare, le rapport du rapporteur spécial des Nations Unies Christof Heyns sur les assassinats extra-judiciaires perpétrés sous la direction d’Obama lui-même. Ce rapport, issu d’une enquête au Pakistan, au Yemen et en Somalie, conclut que ces assassinats ciblés menacent non seulement le droit international tel qu’il a été appliqué depuis un demi-siècle, mais peuvent également constituer des crimes de guerre.
    Heyns a rappelé lors d’une session du Conseil de l’ONU pour les Droits de l’Homme le 20 juin à Genève que ces assassinats ciblés ont lieu dans des zones très éloignées de régions officiellement touchées par des conflits armées, et que si certains rapports concernant des attaques de drones sur des personnes venant à l’aide des personnes blessées étaient avérés, « ces attaques supplémentaires sont des crimes de guerre ». Pas mal pour un prix Nobel de la paix...
  • Le troisième point concerne le pseudo programme de couverture médicale qu’a fait voter l’administration Obama en 2009, obligeant chaque citoyen américain à souscrire à une assurance santé privée, sous peine d’une amende annuelle. Ce programme, qui doit entrer en vigueur bientôt, sera de plus subventionné en partie par l’Etat, qui rognera les budgets alloués aux personnes handicapées et les personnes âgées qui bénéficiaient depuis les années 60 d’une couverture médicale à part entière (Medicare et Medicaid), et qui seront ainsi victimes de coupes massives.
    La Cour Suprême des Etats-Unis doit se prononcer ce jeudi sur la constitutionnalité de la Loi. Obama a déjà déclaré la guerre à la Cour Suprême si jamais elle osait remettre en question la légalité de sa loi, n’hésitant pas à violer le principe de séparation des pouvoirs prévu par les auteurs de la Constitution américaine.

Un autre élément qui motive certaines élites à se débarrasser d’Obama au plus vite est la nécessité de faire nommer un candidat démocrate susceptible de constituer une alternative crédible faceau candidat républicain Mitt Romney, considéré également comme une catastrophe. Au plus vite qu’on se débarrasse d’Obama, au mieux seront les chances de ne pas finir avec Romney à la Maison Blanche !

Contactez-nous !