Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

LaRouche entendu au Parlement italien

La rédaction
visites
662

Le 12 octobre, Lyndon LaRouche était l’orateur principal d’auditions informelles organisées à l’initiative du député Giovanni Bianchi, et qui se sont tenues devant la commission des Affaires étrangères de la Chambre des députés italienne, à Rome. Le discours de LaRouche portait sur « la réforme du système de Bretton Woods, la crise pétrolière actuelle et les origines de l’inflation ». Le député Vincenzo Trantino, qui présidait la session matinale, a présenté LaRouche comme un « économiste de renommée mondiale et ancien candidat présidentiel ». Une première intervention de LaRouche a été suivie par une discussion de presque une heure avec les dix députés présents, représentant à la fois les partis du gouvernement de centre-gauche et l’opposition de centre-droite.

D’emblée, LaRouche a refusé de faire porter aux pays producteurs, la responsabilité de la hausse actuelle des prix du pétrole. Il a noté qu’« après le renversement du Chah, un changement avait été opéré sur le marché pétrolier. A la place des contrats de pays à pays qui avaient dominé jusqu’alors, on a développé le marché au comptant » et la spéculation, de sorte que « lorsque le pétrole quitte les pays producteurs, pendant les trente à soixante jours de son transport, les contrats peuvent changer de vingt à cinquante fois de propriétaire ». Voilà, selon LaRouche, la principale cause immédiate de la hausse du prix, qui pourrait atteindre 50, voire 100 dollars, le baril. Deux autres facteurs - la spirale hyperinflationniste ainsi que le pillage de l’euro et du yen japonais - ont aussi joué un rôle pour empêcher que le krach ne se produise avant les élections américaines de novembre. L’économiste américain a proposé que le Parlement et le gouvernement italiens reviennent urgemment aux accords « d’Etat à Etat » en vigueur dans le passé. Même s’ils ne résolvent pas tous les problèmes, ces accords pourront servir de modèle de collaboration aux nations qui devront faire face à l’effondrement financier, et aussi lorsqu’elles devront réorganiser le système monétaire et de crédit international. Il a comparé la crise financière actuelle à l’effondrement des maisons Bardi et Peruzzi au XIVème siècle.

Le député Frau, membre du Parti d’opposition Forza Italia, a demandé quel serait le rôle de l’Europe dans un « nouveau Bretton Woods ». LaRouche a répondu que l’Europe devrait revenir aux politiques défendues par Franklin Delano Roosevelt et par Jean Monnet après la Deuxième Guerre mondiale. L’Europe, a-t-il dit, ne dépend plus des Etats-Unis pour la création de crédit et elle devrait chercher à coopérer avec le groupe ASEAN+3 et d’autres groupes régionaux de ce type. Elle devrait aussi prendre des mesures protectionnistes destinées à assurer une expansion de la production, du commerce et des flux de crédit respectifs, en s’inspirant de l’exemple de la reconstruction d’après-guerre, entre 1945 et 1965. « Seule l’autorité de l’Etat peut protéger le bien-être général » et « seul l’Etat peut s’engager à rembourser des crédits dans vingt-cinq ans ». Entre-temps, lorsque la crise éclatera dans toute sa force, a souligné LaRouche, « les gouvernements devront éviter le chômage de masse et protéger l’épargne ».

Au cours de la semaine, Lyndon LaRouche a eu un certain nombre de réunions politiques importantes à Rome, y compris au Sénat où il a abordé le même type de problèmes avec des sénateurs appartenant aussi bien aux partis gouvernementaux qu’à ceux de l’opposition.

Contactez-nous !