Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

LaRouche : il faut relever les taux d’intérêt

La rédaction
visites
674

La baisse d’un demi-point des taux d’intérêt américains le 18 avril, pour la quatrième fois depuis le début de l’année, n’avait pas vraiment de quoi surprendre. Elle est survenue au moment où, d’une part, un nombre croissant de grandes sociétés annonçaient de lourdes pertes et des licenciements et, d’autre part, Winstar déposait son bilan (voir article ci-dessous). Comme l’a rappelé Lyndon LaRouche, George W. Bush et Alan Greenspan sont prêts à tout pour maintenir la bulle spéculative, quelles qu’en puissent être les conséquences, hyperinflationnistes notamment, sur l’économie réelle.

Tout le monde savait que les résultats du premier trimestre seraient désastreux pour de nombreux géants américains, ce qui aurait dû inciter les milieux financiers à la prudence. Il apparaît donc clairement que, dès avant la petite embellie du 4 avril sur les marchés, les cercles financiers concernés avaient été discrètement informés d’une nouvelle injection importante de liquidités de la part de la Fed.

Le jour même de la baisse des taux, le 18 avril, LaRouche a déclaré qu’au lieu de perdre du temps en commentaires inutiles sur l’échec évident de Greenspan et de Bush, il fallait exercer un maximum de pression politique pour que les Etats-Unis, le Japon et l’Europe adoptent immédiatement des mesures efficaces pour combattre la crise, entre autres :

  1. Relever les taux d’intérêt, tout en sachant que cela entraînera une série de faillites de certaines entités qui, de toute façon, ne peuvent plus être sauvées. Les renflouer reviendrait à rendre la chute encore plus douloureuse quand elle interviendra. Relever les taux devrait permettre de dégonfler la bulle spéculative avant qu’elle n’entraîne l’économie réelle dans sa chute.
  2. « Mettre en règlement judiciaire » l’économie mondiale, de façon à protéger les avoirs et les fonctions économiques essentiels, conformément à la nécessité de défendre l’intérêt public. Il faut sauver ce qui doit être sauvé, afin d’assurer le maintien de l’économie réelle et le bien-être de la population.
  3. L’Etat doit émettre de nouveaux crédits à bas taux d’intérêt, qui seront investis dans des projets publics et privés choisis en fonction de l’intérêt public. Cette politique, proposée par Wilhelm Lautenbach et la Société Friedrich List en Allemagne, en 1931, avait été adoptée aux Etats-Unis par le président Franklin Roosevelt, qui l’avait mise en place à peine un mois après qu’Hitler, avec le soutien financier et politique des adversaires de Roosevelt à Wall Street et à Londres, soit arrivé au pouvoir.

Les crédits ainsi générés par l’Etat, suivant la conception de Lautenbach et de Roosevelt, devraient aller en priorité à la production de nouveaux biens d’équipement, aux technologies de pointe et à l’infrastructure. Les projets d’infrastructure devraient être réalisés au niveau national (centrales nucléaires, TGV, etc.) et transnational, comme le pont terrestre eurasiatique.

Contactez-nous !