Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

LaRouche invité au Parlement européen ?

La rédaction
visites
1723

19 octobre 2008 (Nouvelle Solidarité) — Comme l’illustrent les déclarations de Giulio Tremonti, dans le Corriere della Sera, les compétences de Lyndon LaRouche sur les questions économiques sont reconnues et débattues par toutes les tendances en Italie. Pour l’eurodéputé italien Borgezio, il est grand temps que les institutions européennes écoutent ce que LaRouche propose. C’est ce qu’il explique dans une déclaration du 17 octobre :

« L’Europe devrait écouter les propositions de Lyndon LaRouche. Lyndon LaRouche, un homme politique américain d’inspiration démocrate et partisan de conceptions économiques « hérétiques  », avait prévu, à l’avance et de manière exacte, les résultats auxquels la mondialisation financière mènerait.

{}

Depuis 15 ans, [LaRouche] appelle, comme beaucoup le font aujourd’hui (mais alors que les vaches se sont déjà échappées de l’étable) à un retour à un Nouveau Bretton Woods, basé sur quelques idées claires : taux de change fixes et sanctions contre la finance spéculative, couplés à un nouveau New Deal avec d’extraordinaires plans d’infrastructures pour un véritable redécollage économique.

{}

Etrangement, même aujourd’hui, au beau milieu de la crise financière mondiale, la censure, contre LaRouche et ses idées, continue. J’ai donc décidé de l’inviter au Parlement européen, pour lui donner la possibilité de donner un sens de ses propositions à une Europe politique qui, pour tout dire, semble ne pas avoir d’idée de ce qu’il faut faire. »

{}

M. Borgezio, Bruxelles, le 17 octobre 2008

Contactez-nous !