Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

LaRouche : le dernier débat prouve que Bush est un menteur

La rédaction
visites
900

« Le Président est un menteur », a déclaré Lyndon LaRouche en commentant le débat présidentiel du 8 octobre entre le président George W. Bush et le sénateur John Kerry. « Peu importe qu’il ait menti consciemment ou à cause de ce qu’on lui a fait avaler, il a menti au peuple américain, et on ne peut pas se permettre d’avoir un Président qui ment . »

Voici quelques exemples des mensonges qui ont jalonné ce débat :

  1. Questionné sur sa précipitation à partir en guerre sans aucun plan de paix, le président Bush a déclaré : « Bien sûr que j’ai écouté nos généraux . »

    Pur mensonge, car le général Shinseki, à l’époque chef d’état-major, avait publiquement déclaré que plusieurs centaines de milliers de soldats seraient nécessaires pour sécuriser l’Irak, en conséquence de quoi il a été « mis à la retraite ».

  2. Plusieurs fois au cours du débat, le président Bush a déclaré que son administration avait créé 1,9 million d’emplois au cours de treize derniers mois, que la croissance était là et que les PMI étaient en pleine expansion.

    Pur mensonge ou hallucination. Premièrement, plus de 80% des emplois en question sont des « projections informatiques », c’est-à-dire des emplois virtuels soi-disant créés par de nouvelles entreprises dont les statistiques tablent sur l’existence supposée, mais qui n’a jamais été vérifiée par le ministère américain du Travail. Deuxièmement, les chiffres globaux de l’emploi ont été amputés, depuis le début de la présidence Bush, d’au moins 600 000 postes, en grande partie des emplois industriels. Le sénateur Kerry a raison de dire que Bush est le premier Président, depuis Herbert Hoover, à avoir présidé à une chute nette des emplois pendant son mandat.

  3. Troisièmement, il n’y a pas eu croissance de l’économie, sauf à considérer la dette comme un facteur de croissance. Le nombre de pauvres a augmenté de 4,3 millions depuis le début de la présidence Bush, atteignant les 36 millions, suivant le niveau ridiculement faible sur lequel les statisticiens du gouvernement basent leurs calculs. De nombreux centres urbains ont un taux de pauvreté de plus de 20% à cause de la chute des emplois industriels. Dans une grande ville comme Cleveland, ce pourcentage atteint 31%.

  4. Interrogé sur l’état scandaleusement inadéquat de l’infrastructure qui est nécessaire pour protéger le pays contre le terrorisme, comme l’infrastructure hospitalière, les dispositifs de premiers secours et le contrôle des cargaisons dans les ports et aéroports, le président Bush a déclaré qu’il avait triplé les dépenses pour la Sécurité intérieure (homeland security).

    Pur mensonge. Selon les statistiques gouvernementales, les dépenses du ministère de la Sécurité intérieure sont passées de 19,7 milliards de dollars pour l’année fiscale 2001 à seulement 36,5 milliards pour l’année fiscale 2004, ce qui est loin du compte car, comme l’a dit le sénateur Kerry, ce niveau de dépenses est trop faible en soi pour le fonctionnement habituel des services d’urgence sur une base quotidienne, sans parler d’une situation d’urgence.

On pourrait citer bien d’autres mensonges de Bush, y compris son argument selon lequel son programme fiscal de « baisse des impôts pour les riches » est nécessaire pour protéger les petites et moyennes entreprises, ou encore son accusation selon laquelle le plan de santé de Kerry remettrait le seul pouvoir de décision au gouvernement fédéral. En outre, il a nié avoir été propriétaire d’une entreprise de bois, alors que celle-ci figurait même sur sa déclaration de revenus personnels de 2001.

Contactez-nous !