Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

LaRouche : sortir du carcan de Maastricht

La rédaction
visites
708

Le 20 janvier, le quotidien italien sur internet Affari Italiani a publié une interview de Lyndon LaRouche. « La voix de l’économiste américain Lyndon LaRouche vient certainement de l’extérieur du choeur. Son anti-conformisme n’a pas d’égal, on peut le qualifier de glorieux étant donné ses racines profondes », écrivait le journal.

Questionné à propos de l’euro, LaRouche répondit que « dans le cadre des accords actuels - qui peuvent être changés - et des politiques actuelles de l’Union européenne, il est impossible de faire ce qui serait indispensable pour sauver l’économie européenne », face à la crise financière internationale.

LaRouche a expliqué :

« Le pacte de stabilité est le produit d’un monétarisme extrême. C’est une tentative de maintenir la théorie du taux d’inflation de ces monétaristes. (...) C’est exactement ce qu’il faut éliminer.

« Il nous faut établir une parité fixe entre monnaies et émettre du crédit à faible coût, à 1 ou 2 % d’intérêt, sous l’autorité de gouvernements souverains et résultant d’un accord entre eux. Ce crédit ne devrait pas flotter librement sur le marché mais être dirigé dans des domaines d’investissement favorisant la production physique et l’intérêt général des ménages et de l’agriculture, etc. (...) La méthode à utiliser devrait être essentiellement celle déjà employée avec succès de 1945 à 1963-64 dans la reconstruction de l’Europe de l’Ouest, et dans d’autres parties du monde, en coopération avec les Etats-Unis. Ce genre de modèle marchera et sera préféré parce qu’il repose sur un précédent bien établi. Les gens qui doivent prendre des décisions rapides aiment disposer de bons modèles, qui ont fait leurs preuves dans le passé, pour les utiliser dans le présent. »

Contactez-nous !