Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

LaRouche : tragédie et principe de « flanc » dans l’histoire

La rédaction
visites
979

Dans son discours d’ouverture à la conférence de l’Institut Schiller à Washington, le 15 février, Lyndon LaRouche a souligné que le 11 septembre 2001 était, pour les Etats-Unis, l’équivalent de l’incendie du Reichstag de Berlin en 1933. « Jusqu’à présent, toute enquête sérieuse sur cet événement a été bloquée. Pourquoi ? Parce qu’elle mènerait à des révélations fort embarrassantes pour les amis de M. Dick Cheney. (...) Les Américains choisiront-ils de soutenir une force incarnant un contre-pouvoir à ce qui va s’abattre sur eux ? J’ai déjà le pouvoir dans le sens où je sais ce qu’il faut faire. Mais si les Américains ne décident pas de me confier ce pouvoir, alors je ne pourrai pas agir et, probablement, personne d’autre ne le pourra. Voilà la réalité. Et voilà l’essence de la tragédie ! Si les gens avaient vraiment compris la tragédie grecque classique, et plus précisément la façon dont Platon aborde la question dans les dialogues socratiques ; s’ils avaient compris Shakespeare ou Lessing, s’ils avaient compris Schiller, alors ils auraient compris cela.

« Il n’existe pas de stratégie d’ensemble. Il n’y a pas de schéma qui puisse garantir la survie de cette société, de cette civilisation. Nous sommes déjà trop corrompus. (...) Reste à savoir si nous pourrons convaincre, sous la pression de la crise. Le pourrons-nous ? Nous n’allons pas emporter une victoire frontale, mais nous pourrions réussir une excellente attaque de flanc. En exploitant une situation de flanc qui se présente à nous, à condition d’avoir la volonté de saisir cette occasion, nous pourrons, alors, survivre. Voilà notre chance. (...) Le vieux Moltke aurait sans doute donné une version différente, Scharnhorst aussi, mais c’est toujours le principe de la défense stratégique : c’est le principe du flanc. Soyez attentifs à ce que les autres négligent. Ne restez pas dans le bocal, celui de l’opinion populaire. Ne soyez pas le poisson du bocal que l’on va vider dans les toilettes.

« Les gens croient en l’argent. Or il n’existe pas de solution financière à la crise monétaire et financière internationale actuelle. Personne n’a de plan à proposer qui permette de préserver les créances non réglées, pas même le principal sans les intérêts. Il n’y a pas de plan qui permette de sauver le système monétaire et financier actuel. La seule alternative à ce système, c’est de se demander qui va manger tous ces titres sans valeur ?

« Nous sommes arrivés au point où ce système ne pourra jamais être réorganisé rationnellement selon ses propres termes. Ainsi, si j’étais Président des Etats-Unis, je devrais, de concert avec les dirigeants d’autres pays, adopter une résolution déclarant nuls tous les produits dérivés financiers. Les annuler, de manière à ramener la quantité de ces engagements financiers à un niveau permettant une gestion rationnelle. (...) Il faudrait ensuite, comme nous l’avons fait dans les années 30, geler des catégories entières de créances financières à long terme. Les geler, tout simplement ! (...) Dès lors, la réorganisation n’est pas orientée sur l’argent, mais sur l’économie physique.

« Que devons-nous faire ? Nous devons maintenir les niveaux d’emploi. Nous devons maintenir les retraites. Nous devons maintenir toute l’infrastructure essentielle. Tout cela doit continuer à fonctionner. Nous devons défendre les valeurs physiques qui composent l’économie. Elle doit continuer à tourner. Nous devons assurer la croissance et les investissements à long terme dans l’infrastructure. L’économie doit se développer en termes physiques. Ensuite, nous devons créer un nouvel ensemble d’institutions monétaires et financières, superposé à ce dessein économique, pour que le tout fonctionne comme il était prévu de le faire à l’origine, suivant l’esprit de notre Constitution . »

Contactez-nous !