Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 11 décembre - Miracle économique chinois : l’importance de la séparation stricte des banques Lire Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire
Accueil Actualité
Brèves

Lac Tchad : le concepteur du projet Transaqua prend la parole

La rédaction
visites
1509
commentaires

20 septembre 2010 (Nouvelle Solidarité) – La réalisation du projet Transaqua pour revitaliser le Lac Tchad est un enjeu existentiel pour l’Afrique et le monde. Dans le cadre de notre campagne internationale pour les grands projets d’infrastructure – centrée autour du projet nord-américain NAWAPA – notre parti frère en Allemagne, le Büso, organise une série de conférences à travers tout le pays. Ancien chef de projet pour la société publique italienne Bonifica et concepteur du Transaqua dans les années 1980, Marcello Vichi a transmis un discours qui sera lu lors de ces réunions. Extraits :

« Depuis la fin des années 1970 jusqu’aux années 1980, il y avait en Italie des entreprises et des hommes convaincus que le continent africain ne pourrait jamais sortir du sous-développement sans la réalisation courageuse d’une série de grands projets panafricains d’infrastructure.

« Il y a 30 ans commençait la promotion du projet Transaqua, dont le réseau de transport prévoyait non seulement 2400km d’ « autoroute fluviale » mais également une intersection avec l’axe routier Logos-Mombasa connectant ces deux ports des océans indien et atlantique : une véritable autoroute en devenir qui devait à son tour être connectée à la Méditerranée par la route transsaharienne Lagos-Alger. Dans le cadre général de ces initiatives développées par le bureau des projets spéciaux (UPS) de Bonifica, l’axe Lagos-Mombasa lié au Transaqua devait porter le nom de TA2 (Transafricaine 2) car l’appellation TA1 était déjà attribuée à un autre projet en cours d’étude. La BB (Beyrouth- Bassorah) était également à une phase d’étude avancée.

Pourquoi le projet Transaqua est-il urgent ?

« En Afrique, le niveau des ressources par personne en eau et en nourriture atteint un point dramatique. C’est encore plus vrai lorsque l’on observe la quasi absence de processus de développement économique qui conduit aujourd’hui à un niveau intenable de chômage chez les jeunes. Dans de nombreux pays d’Afrique subsaharienne, la faim endémique – due au modèle historique de l’agriculture vivrière – s’est transformée en une famine et un désespoir insupportables poussant les jeunes à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe où l’eau et la nourriture abonde. Le niveau de vie n’est plus un critère, seule la survie compte.

« Ne savions-nous pas cela il y a 30 ans ? Bien sûr que nous savions, mais nous avons attendu le plus longtemps possible en espérant que ce fardeau politique serait celui des responsables de demain.

Transaqua : une idée pour le Sahel

(cliquez pour agrandir)
JPEG  
Via un canal de 2400km, le projet Transaqua transfèrera 100 milliards de mètres cubes annuellement depuis une dizaine d’affluents du Congo

« L’unité de mesure d’un investissement comme Transaqua ne se compte pas seulement en millions de dollars, mais en millions de vies épargnées par la famine, ainsi que par l’absence de guerre, la paix sociale et la création d’une conscience internationale.

« La région du Transaqua pourrait devenir le premier pôle du développement africain – et peut-être même du monde –, employant pour sa réalisation puis son fonctionnement, une main d’œuvre locale et continentale dans un grand nombre de métiers. Transaqua créerait un gigantesque vivier d’emplois pour plusieurs générations d’africains – les affranchissant d’une émigration vers une Europe où le marché du travail est très difficile pour eux, loin de leur environnement naturel et culturel – pour bâtir sur leur propre continent, au-delà des différences inévitables entre les diverses cultures et ethnies, une série de modèles de développement local générés par cette infrastructure continentale grandiose. »


Lire aussi :


Voir les 2 commentaires

  • petite souris • 21/09/2010 - 00:34

    En regardant la carte du projet Transaqua dans cette partie d’Afrique....

    En me souvenant des guérillas et génocides récents...

    Ah ! ben ! c’est ballot quand même !

    La localisation des conflits empêcherait la construction de ce projet génial et indispensable pour sauver et l’Afrique et ses peuples ...

    Mais on me dira que ce n’est qu’une coïncidence !

    Raisonnement d’hommes ! pas de petite souris !!!!

    • raymond • 09/11/2010 - 16:41

      Ce projet doit répondre au développement de l’afrique sahélienne au détriment de l’afrique équatorial qui eux aussi ont des lourds conflits armée qu’on leur à parfois imposé,donc je dis un grand non !!! à transaqua qui ne respecte pas l’intégrité territorial des pays africains détentrissent de l’eau.Des référendum démocratique devraient etre organisé dans ces pays pour leur demander si ils souhaitent donner leur eau gratuitement.Transaqua est une idéologie de colon utopique qui veulent imposer un idéal au détriment d’humain.La france n’accepterais jamais de donner la loire (patrimoine national)à l’allemagne donc respectez un peu les fleuves et rivière des pays africains.revitalisant le lac tchad par d’autre moyen !!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide