Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Lavrov commente les relations russo-américaines

La rédaction
visites
931

L’intérêt réel des Etats-Unis, « c’est d’avoir une Russie forte, capable et indépendante dans l’ordre mondial multipolaire en évolution », a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Serguei Lavrov, dans un discours prononcé le 25 septembre au Conseil des Affaires mondiales de Los Angeles, sur le thème « La Russie et les Etats-Unis - entre le passé et l’avenir ».

Lavrov présenta l’image d’une Russie confiante en elle-même, indépendante dans sa politique étrangère et économiquement plus forte. « Je crois que le rétablissement rapide de l’autonomie de la Russie en ce qui concerne ses affaires étrangères est l’un des facteurs compliquant les relations entre nos pays, car tous les Américains ne s’y sont pas habitués. Pourtant il faut s’y faire. » La Russie veut être considérée comme un partenaire d’égal à égal ; ensemble avec les Etats-Unis, tous deux réussiront alors, en règle générale, à « trouver des solutions viables. Nous aimerions voir prévaloir dans nos relations cette pratique de travailler ensemble ».

Lavrov évoqua la tradition historique de la Russie, qui « a toujours vécu au carrefour des civilisations. Depuis des siècles, leur coexistence harmonique et leur influence mutuelle sont essentielles à notre survie. D’où le rôle unique que nous pourrions jouer en entretenant l’harmonie entre les civilisations de ce monde, menacée non seulement par des terroristes et des extrémistes de tous bords, mais aussi par une approche des affaires du monde à motivation idéologique. En effet, n’importe quelle pensée politique peut muter vers l’extrémisme. Les experts en science politique n’excluent pas l’émergence d’un fondamentalisme libéral ». A deux reprises, Lavrov fit référence à certains propos de Dick Cheney, y compris son discours prononcé le 4 mai à Vilnius.

Le point le plus marquant du discours de Lavrov fut cependant sa référence positive à Franklin Roosevelt, déjà mentionnée par le président Poutine dans son discours sur l’état de l’Union du 10 mai. Lavrov dit : « Selon de nombreux historiens russes, l’âpre confrontation entre nos pays au XXème siècle se calma au moins par deux fois, grâce à la prise de conscience de la nature commune de nos intérêts et à l’orientation générale du développement de nos deux pays. La première fois, c’était dans les années 30 et au début des années 40, à l’occasion des processus d’étatisation et du combat contre un ennemi mortel commun. Cette période était symbolisée par la présidence de Franklin Roosevelt.

« La deuxième, c’était au cours des années 60 et au début des années 70, dans le cadre de la "société industrielle avancée" et du rapprochement de notre intérêt à maintenir la stabilité internationale. Ces deux périodes de détente s’accompagnaient d’un renouveau de la pensée convergente aux Etats-Unis et parmi les intellectuels libéraux en Union soviétique. Et maintenant, en l’absence de différends fondamentaux entre nos pays, pourquoi ne pas lancer une troisième convergence - celle-ci reposant sur des fondements solides et durables, une vision commune de l’ère contemporaine et des actions conjointes contre les menaces et les défis de la globalisation ? »

Contactez-nous !