Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Le « C » de Corporatisme de John Maynard Keynes

La rédaction
visites
1267
commentaire

Le 3 novembre 2008 (Nouvelle Solidarité)—Tout en faisant honneur à Franklin Delano Roosevelt, le Sunday Telegraph de Londres, connu aussi par son surnom de Torygraph en raison de ses penchants droitiers, proposait au prochain président américain l’adoption d’un train de mesures décidément keynésiennes. La proposition est fondée sur « les cinq lettres C de Keynes : capital, crédit, confiance, change et clôture ». Selon le journal, maintenant que le renflouement des banques a eu lieu, le nouveau président devrait travailler à créer un « climat de confiance » dans les marchés financiers et à restructurer l’actuel système de régulation démodé en créant « un super régulateur » attaché à la Réserve Fédérale.

Ces mesures sont explicitement fascistes, ce qui nous amène à la dernière lettre « C » de Keynes, que l’auteur de cet article semble avoir oubliée comme par enchantement. La sixième lettre C est celle du Corporatisme. Dans la préface à l’édition de sa « Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie », parue en 1937 en langue allemande, Keynes endosse des conceptions économiques explicitement fascistes. Dans cette version, l’économiste a écrit que sa théorie s’adapterait « le mieux aux conditions d’un Etat totalitaire », jugement qu’il s’est gardé bien d’inclure dans la version anglaise du livre. C’est cette vision fasciste keynésienne, en opposition totale à la philosophie de « bâtisseur des nations » sous-jacente aux conceptions de Roosevelt, que les Britanniques promeuvent actuellement de façon déguisée dans leur proposition de Nouveau Britain Woods. Dans ce contexte, ne vaudrait-il pas mieux définir l’approche britannique comme étant basée sur trois lettres « C » : Corruption, Criminel et Corporatisme ?

Contactez-nous !

Don rapide