Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Le « Climategate » expose la stratégie pro-génocide de l’Empire britannique

La rédaction
visites
12398

23 novembre 2009 (Nouvelle Solidarité) – Le 17 novembre, des pirates informatiques ont publié sur le web 1073 emails dérobés dans les ordinateurs de la très respectée Climatic Research Unit (CRU) de l’Université de l’East Anglia à Norwich en Angleterre. Ces révélations exposent au grand jour le lobby impérial britannique qui a sponsorisé la thèse du réchauffement climatique dans le but de réduire la population mondiale.
Elles interviennent à quelques semaines du Sommet de Copenhague sur le climat et après la publication du rapport des Nations Unies sur la population, demandant que le contrôle démographique soit mis à l’ordre du jour de ce sommet.

Au cœur de la controverse on trouve le directeur du CRU, Phil Jones, déjà connu pour avoir refusé de divulguer ses méthodes de correction des données ainsi que ses données de départ, malgré un recours de ses opposants au Freedom of Information Act. Dans un email de 1999, il expliquait comment masquer le déclin des températures : « Je viens de terminer d’utiliser l’astuce Nature de Mike [Mickael Mann, l’inventeur de la fameuse « courbe en crosse de hockey » reprise dans le film de Al Gore - ndt] qui consiste à ajouter aux vraies températures de chaque série depuis les 20 dernières années (depuis 1981) et depuis 1961, celles de Keith’s afin de masquer le déclin.  »

Dans un email de 2003, Mickael Mann évoque des pressions contre un magazine scientifique pour que les vues adverses n’y paraissent plus : « Je pense qu’il va falloir cesser de considérer "Climate Research" comme une revue à comité de lecture légitime. Peut-être devrions-nous encourager nos collègues de la communauté de la recherche climatique de ne plus soumettre d’article à ce journal, ni d’en citer des articles. Nous devrions aussi penser à en parler à nos collègues plus raisonnables qui siègent au comité éditorial...  »

Mann explique aussi, en 2003, comment masquer l’optimum médiéval pour obtenir une courbe historique des températures plus lisse et ainsi amplifier la hausse actuelle : « Je pense que le fait d’utiliser une période de 2000 ans plutôt que 1000 répond au problème soulevé précédemment par Peck par rapport au mémo. C e serait bien pour essayer de "contenir" le soi-disant "OM" [Optimum Médiéval – ndt] »

De son côté, le statisticien Kevin Trenberth, qui a présidé aux travaux scientifiques du GIEC en 2001 et 2007, déplore dans un email : «  Le fait est que nous ne savons pas expliquer l’absence de réchauffement actuellement et c’est ridicule. Les données du CERES publiées dans le supplément d’août BAMS 09 en 2008 montre qu’il devrait y avoir encore plus de réchauffement : mais les données sont certainement fausses. Notre système d’observation est déficient . » Mieux vaut donc adapter les données au résultat voulu.

Dans un email de 2008, Phil Jones demande à Mickael Mann et à d’autres, d’effacer tous leurs échanges de peur que le pot-aux-roses ait été découvert :«  Peux-tu effacer tous les emails que tu as échangés avec Keith re AR4 ? Keith fera pareil. Peux-tu également écrire à Gene et lui dire de faire de même ?On va demander à Caspar d’en faire autant. J’ai vu que le CA dit avoir découvert l’anomalie de 1945 dans le rapport Nature. »

Edifiant.

Créé en 1972, la même année où le Club de Rome publia son fameux rapport anti-population « Limites à la croissance », le CRU a cherché à établir l’historique des températures globales. Au milieu des années 1980, les travaux du CRU ont été promus par la Premier ministre britannique Margaret Thatcher, à l’origine, en 1988, de la création du GIEC dont les travaux se sont basés sur les données et modèles du CRU. Parmi ses sponsors, on trouve les institutions clés de l’Empire britannique comme British Petroleum, la Royal Society et le WWF, ce dernier ayant été fondé par les princes pronazis Bernard des Pays-Bas et Philip d’Edimbourg, mari de la Reine d’Angleterre. L’Otan, Greenpeace, la Commission européenne, le ministère américain de l’Energie, l’assureur Norwich Union, le Programme des Nations-Unies pour l’Environnement et divers ministères britanniques figurent également sur cette liste.

Pour toute personne honnête, le réchauffement climatique apparaît donc comme une escroquerie. A l’heure où l’austérité financière frappe de plein fouet notre système de santé publique et où le rationnement des soins et le tri sélectif des patients sont promus par l’administration Obama, ne pas combattre cette politique génocidaire serait se rendre complice de crime contre l’humanité.


Focus spécial Copenhague : Annulons le sommet de la dépopulation !


Contactez-nous !