Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Le Congrès américain fait barrage à la politique de guerre

La rédaction
visites
652
commentaire

Le 5 février, le débat au Sénat sur la résolution bipartisane Warner-Levin, s’opposant au renforcement de la présence militaire américaine en Irak, a été bloqué par les républicains, suite aux pressions intenses exercées par le vice-président Dick Cheney. Par contre, à la Chambre des Représentants, on s’est montré plus combatif. Ainsi, le lendemain, le chef de la majorité démocrate, Steny Hoyer, a annoncé que la Chambre discuterait la semaine suivante d’une résolution s’opposant à toute escalade. Chaque membre aura un temps de parole de cinq minutes pour faire connaître sa position avant de passer au vote.

Le président du groupe démocrate au Sénat, Harry Reid, a accusé les Républicains d’avoir reporté le débat afin de donner au président Bush le temps d’« envoyer plus de troupes sur place, rendant d’autant plus difficile d’arrêter le processus ». Le 8 février, sept sénateurs républicains, dont John Warner et Chuck Hagel, ont envoyé une lettre aux dirigeants des groupes démocrate et républicain du Sénat, plaidant en faveur du débat sur la résolution Warner-Levin qui, sans avoir force de loi, représente un puissant instrument de pression.

Plusieurs groupes militants, comme le LaRouche Political Action Committee, le Mouvement des jeunes larouchistes (LYM) et VoteVets, incitent le Congrès à prendre des mesures concrètes contre l’escalade en Irak et contre toute guerre avec l’Iran. Les deux premiers insistent sur la nécessité d’écarter immédiatement Dick Cheney du pouvoir, seule façon d’empêcher la guerre. Le 7 février, VoteVets, qui regroupe des anciens combattants de la guerre d’Irak, a rejoint quatre sénateurs démocrates pour exiger un vote du Sénat sur l’envoi de renforts en Irak, et il a lancé dans différents Etats une campagne sur le thème : « Soutenez les troupes ; arrêtez l’escalade ».

A la Chambre, le Congressional Progressive Caucus a publié, le 7 février, une déclaration soutenue par l’ensemble de ses 71 membres, appelant à voter des mesures contraignantes qui rejettent l’envoi de renforts en Irak. La déclaration précise aussi que pour diminuer les opérations militaires en Irak, le Président ne laisse guère au Congrès d’autre alternative que de jouer sur la faculté de financement que lui confère l’Article I, Section 9, de la Constitution américaine.

La Chambre a également entamé des auditions sur d’autres aspects de la politique gouvernementale. Le président de la commission de Réforme gouvernementale, Henry Waxman, a organisé trois jours de dépositions sur les abus commis par certains prestataires de services en Irak, qui ont mis en évidence les malversations de l’ancien directeur de l’Autorité provisoire de la Coalition, Paul Bremer. Par ailleurs, le président de la Commission des Relations extérieures, Tom Lantos, a appelé Condoleezza Rice à venir témoigner. Alors que le député Ron Paul du Texas lui demandait : « Pouvez-vous affirmer clairement que nous n’allons pas lancer d’attaque préemptive contre l’Iran ? », elle répondit sur un ton nerveux : « Notre but n’est pas d’attaquer l’Iran », mais d’être prêts à réagir aux actions iraniennes, car « le monde sait que l’Iran veut des armes nucléaires ». Or, comme l’a fait remarquer Ron Paul, ces accusations portées contre l’Iran proviennent des mêmes sources qui avaient désinformé les Etats-Unis sur les armes de destruction massive en Irak.

Contactez-nous !

Don rapide